L’ensemble du territoire français sera équipé de la carte santé d’ici à

Par 21 août 1998
Mots-clés : Smart city, Europe

la mi-1999. Ayant débuté leur équipement en mai dernier, les régions Bretagne et Champagne-Ardennes sont dotées aujourd’hui de 3,65 millions de cartes Sesam Vitale. Les centres administratifs de la...

la mi-1999.
Ayant débuté leur équipement en mai dernier, les régions Bretagne et
Champagne-Ardennes sont dotées aujourd’hui de 3,65 millions de cartes
Sesam Vitale. Les centres administratifs de la Cnam d’Angers, Valence,
Toulouse et Strasbourg seront concernés à leur tour à partir de septembre.
Le processus est désormais irrémédiablement engagé et 36 millions de
foyers seront équipés d’ici au milieu de l’année prochaine.

En revanche des incertitudes pèsent sur la carte Vitale 2 qui devrait
contenir des informations médicales. Plus complète et individuelle,
diffusée à plus de 58 millions d’exemplaires, elle permettra à l’assuré et
aux médecins de disposer d’un condensé du dossier médical.
Disposant d’une carte santé depuis le milieu des années 90, l’Allemagne
travaille actuellement sur ce projet. Outre-Rhin, plus de 70 millions de
cartes de santé ont été distribuées entre 1993 et 1995. Une carte santé
équipée d’une puce est actuellement à l’étude.

Les premiers appels d’offres en France pour la conception de la partie
logicielle de la carte Vitale 2 ont été lancés par le GIE, sans qu’aucune
date de remise pour ces développements logiciels n’ait été fixée. Le GIE
Sesam Vitale fait valoir que les autorités de tutelle n’ont pas encore
validé toutes les caractéristiques de cette nouvelle carte. Dans ces
conditions, il est difficile de fixer une date de finalisation du
logiciel. L’expérimentation de Vitale 2 “à l’horizon 1999-2000” risque
dans ces conditions de s’avérer difficile.

Par ailleurs, destiné à interconnecter à terme 1,2 million de
professionnels de santé, le réseau RSS, dont la concession a été attribuée
pour cinq ans à Cegetel) est un intranet avec abonnement, dont le coût
mensuel varie de 35 à 85 F selon les options retenues. Les praticiens
accepteront-ils d’absorber le coût d’une telle infrastructure?
Chez Cegetel, on fait remarquer que les obligations du groupe se limitent
à la fourniture des “tuyaux” et d’un panel de solutions pour les
médecins “mais les professionnels de la santé demeurent libres de choisir
n’importe quel fournisseur d’accès au réseau”.
(La Tribune 21/08/1998)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas