L’Ifpi va lancer des poursuites contre des internautes français

Par 08 juin 2004
Mots-clés : Smart city, Europe

Qu’elles émanent des consommateurs ou des artistes, les critiques ne semblent pas effleurer l’industrie du disque. L’Ifpi (Fédération internationale de l’industrie phonographique) continue de...

Qu’elles émanent des consommateurs ou des artistes, les critiques ne semblent pas effleurer l’industrie du disque. L’Ifpi (Fédération internationale de l’industrie phonographique) continue de lancer des menaces à l’encontre des internautes, et elle élargit même son cadre d’action. Elle a en effet annoncé aujourd’hui via communiqué de presse son intention d’entamer des poursuites en France.

Sur le continent européen, l’action de la Fédération a déjà marqué les esprits rien qu’avec le dépôt de 200 plaintes depuis la fin du mois de mars dernier contre des internautes danois, allemands ou italiens... Cette fois-ci, la menace se rapproche, puisque l’Ifpi vise la France, la Suède et le Royaume-Uni pour ses prochaines actions coups ce poing.

Relayés par les médias, les procès de l’Ifpi font à chaque fois grand bruit et sont souvent l’occasion de rappeler que l’échange de fichiers qui appartiennent à des auteurs - mais surtout à une industrie - est interdit. Selon l’Ifpi, la France fait partie de ces contrées qui, petit à petit, apprennent cette règle : les chiffres de la Fédération révèlent que 73 % des consommateurs français savaient en mai 2003 qu’il est illégal de partager des fichiers, contre 59 % en janvier.

(Atelier groupe BNP Paribas - 08/06/2004)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas