L’Onu croit au Wi-Fi pour les pays en développement

Par 30 juin 2003

Jeudi dernier, à Genève, lors d’une conférence qui s’est tenue au siège des Nations Unies sur l’Internet mobile dans les pays en voie de développement, Kofi Annan, le secrétaire général des ...

Jeudi dernier, à Genève, lors d’une conférence qui s’est tenue au siège des Nations Unies sur l’Internet mobile dans les pays en voie de développement, Kofi Annan, le secrétaire général des Nations Unies, a déclaré que la norme Wi-Fi : « va jouer un rôle clef (…) tout spécialement dans les pays en développement ».

Organisé par le Wireless Internet Institute de Boston, cet événement onusien a réuni près de 200 personnes travaillant dans les entreprises de nouvelles technologies, les gouvernements de pays en développement, les agences internationales ou les autorités de régulation. Le but était simple : chercher la meilleure manière de réduire la fracture numérique qui s’accroît entre pays industrialisés et pays en développement.

La norme Wi-Fi a donc concentré beaucoup d’attention. Pat Gelsinger, le directeur technique d’Intel, a rappelé que cette technologie ne nécessite pas de licence et fonctionne déjà sur des standards universels (les canaux hertziens), ce qui réduit ses coûts. Intel escompte ainsi capturer entre 40 et 50 millions de nouveaux clients sur les marchés indiens et chinois, grâce à la vente de PC équipés de ces microprocesseurs « Centrino », spécialement conçus pour le Wi-Fi.

Toutefois, si « dans les endroits où l’infrastructure [télécom] est inexistante (…) le Wi-Fi peut se révéler très efficace » comme le précise Kofi Annan, « [concernant le Wi-Fi] il n’existe pas encore de modèle économique viable applicable aux pays en voie de développement » a conclu Mohsen Khalil, directeur des technologies de l’information à la Banque mondiale.

(Atelier groupe BNP Paribas – 30/06/2003)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas