Les laboratoires de R&D veulent plus d’innovations pour en créer de nouvelles

Par 11 décembre 2013
labo informatique

Pour continuer à penser les innovations de demain, les laboratoires de R&D doivent incorporer les nouvelles solutions numériques en vue de fusionner leurs données.

Alors que les applications mobiles faisant appel au nuage ne cessent de prendre pied dans le commerce et l’industrie, la mise en œuvre des dispositifs mobiles semble également devoir profiter aux projets en laboratoire. “On trouve des applications de géolocalisation, pour traiter les opérations bancaires ou trouver un restaurant ainsi que pour traiter toute sorte de choses à effectuer lorsque l’on est en déplacement. Pourquoi n’y aurait-il pas un besoin pour les scientifiques ?”, s’interroge John Wise, Executive Director de Pistoia Alliance dans l’étude 2014 Forces & Trends publiée par Smartlab. Les travaux de laboratoire demandent en effet des outils de collaboration en situation de mobilité lors des voyages, réunions et colloques et les scientifiques sont particulièrement intéressés par la création d’un flux de travail à travers les applications. Les capacités de traitement de calcul et de stockage des terminaux mobiles seraient en effet parfaitement capables de supporter beaucoup d’applications scientifiques.

Le Cloud et la dématérialisation inexorables

De la même façon que pour le mobile, la montée en force du Cloud doit profiter aux laboratoires de R&D. Ainsi l’étude rappelle que les possibilités de stockage et la puissance de calcul bien supérieures aux capacités d’un PC sont effectivement très attendus par la communauté scientifique. De même la possibilité de prendre des photos avec son appareil mobile pour enrichir les dossiers, d’utiliser des QR Codes pour y accéder, les partager, les archiver, les enrichir d’informations de la communauté scientifique et effectuer les contrôles de qualité constituent des moyens d’organisation améliorateurs. Par ailleurs, les avantages de la transition vers un laboratoire sans papier semblent évidents à Gernot Goeller, Head O&I CoE ED&CMC à Bayer Pharma. “Améliorer le processus d'analyse, accélérer le flux de travail tout en réduisant les coûts sont des bénéfices évidents à condition de gérer les défis d’organisation rencontrés lors de la phase de transition”., déclare-t-il.

La fusion des données en tendance 2014

La mobilité semble redéfinir le travail dans les laboratoires comme dans toutes les industries. En conséquence, l’insight chaud dans l’informatique de laboratoire ne se définit pas nécessairement par la curation de contenu mais plutôt par la fusion de données générées par plusieurs établissements dans de multiples disciplines. L’enjeu est de les rendre également consultables sur tous supports dans toute situation. Beaucoup d’outils vont donc faire leur apparition dans le secteur pour véritablement changer la façon dont les scientifiques vont interagir avec leurs données et tisser des relations entre des ensembles de données complexes.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas