Les laboratoires de recherche scientifique migrent sur Internet

Par 11 juin 2008

Pour réaliser les expériences nécessaires à leurs études, les étudiants scientifiques de l'UTS University n'ont plus besoin que d'une connexion Internet : le laboratoire est désormais sur le web.

Plus besoin de se déplacer pour réaliser des expériences en laboratoire. L'UTS University de Sydney a lancé en partenariat avec l'Etat australien un site permettant aux étudiants des disciplines scientifiques de mener des expériences à distance. Ce, quels que soient l'heure et l'endroit où ils se trouvent. Ce laboratoire virtuel fonctionne via une plate-forme logicielle, reliée à un centre de données et à divers équipements. Pour en profiter, il suffit de se connecter et de se rendre sur le site, qui fonctionne comme un univers virtuel en temps réel. Les participants reçoivent alors les données dont ils ont besoin pour mener leurs recherches. Et selon les responsables du projet, ce ne sont pas moins de mille étudiants par semestre qui peuvent se rendre virtuellement dans les locaux. Ce, pour mener des expériences dans un grand nombre de disciplines comme la dynamique des fluides, la mécatronique ou l'ingénierie.
Plus de tests, moins de casse
"Le laboratoire a d'abord été conçu pour donner plus de flexibilité aux étudiants", explique Archie Johnston, professeur d'ingénierie à l'université. Et d'ajouter :"L'initiative permet également d'utiliser des équipements coûteux et fragiles sans le risque de les abîmer ou de mal les manipuler. Elle a aussi permis de mener un plus grand nombre d'expériences que si celles-ci avaient dû être testées à la manière traditionnelle". Seul regret : les responsables du projet n'expliquent pas comment le laboratoire fonctionne réellement, et de quel degré d'autonomie disposent les étudiants. Ni si les tests sont virtuellement surveillés, ou tout du moins supervisés par des membres du corps enseignant.
Vers une généralisation de l'expérience virtuelle
Reste que le système devrait à terme être utilisé comme le support principal pour les recherches que les élèves doivent effectuer en laboratoire. "Nous croyons que ce type de support pourrait remplacer éventuellement les méthodes traditionnelles de test en laboratoire", souligne Archie Johnston, professeur d'ingénierie à l'université. L'initiative devrait d'ailleurs être élargie peu à peu au pays. Les expériences nécessitant une manipulation physique mises à part, évidemment. La mise en place de solutions d'apprentissage à distance se multiplie dans les universités : celle de Nottingham, par exemple, propose depuis près d'un an plusieurs supports visuels permettant aux étudiants de suivre leurs cours en permanence. A noter : l'université a bénéficié d'une enveloppe de 50 000 dollars de la part de la Motorola Foundation pour mener son projet.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas