L'accéléromètre localise l'utilisateur du mobile

Par 30 juin 2009
Mots-clés : Smart city, Europe

Les capteurs d'accélération ou gyroscopique qui se généralisent dans les portables géolocalisent un individu : il suffit de combiner les données qu'ils fournissent à un modèle statistique pour se retrouver sur une carte.

Les étiquettes RFID branchés sur fréquence Wi-Fi ne sont pas seules à pouvoir localiser avec précision des personnes en intérieur. Il est maintenant possible de se localiser sur une carte d'un bâtiment en se servant des capteurs embarqués dans son téléphone portable. Jari Saarinen, chercheur à l'université de technologie d'Helsinki, a ainsi développé un système qui combine les données extraites de systèmes comme des accéléromètres – qui perçoivent la foulée, et les accélérations - avec un modèle statistique. Une méthode avec laquelle on obtient ensuite son positionnement sur une carte préchargée d'un lieu.
Des services géolocalisés plus poussés
"Ces données recueillies depuis des capteurs d'inertie, gyroscopiques et d'accélération, une fois compilées, nous donnent une localisation très précise des personnes", explique Jari Saarinen à L'Atelier. Le système s'inspire de la théorie de "localisation de Monte Carlo" en robotique. Cette localisation utilise des capteurs pour faire des hypothèses sur le lieu traversé par des robots et un processeur qui trouve la position grâce à des calculs de probabilité. "Ce type d'outil favorise le déploiement de services géolocalisés, par exemple pour trouver des objets dans un grand centre commercial ou être prévenu d'une promotion en passant à proximité", explique-t-il à L'Atelier.
Un système inspiré de la robotique
"Avec ce système, le consommateur se sent plus en sécurité car il n'a pas l'impression d'être pisté par une tierce personne", estime Jari Saarinen. Autre usage : coordonner les efforts des secouristes et améliorer la sécurité dans les bâtiments en cas d'incendie. Une fois la position déterminée, les personnes trouvent d'elles même la sortie du bâtiment. Le chercheur prévoit également de rendre possible l'envoie des positions déjà estimées vers des centres de contrôles.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas