L'accès gratuit aux publications scientifiques stimule l'innovation

Par 06 août 2010
Mots-clés : Smart city, Afrique

Aux Etats-Unis, la consultation en ligne des travaux de recherche pourrait prochainement être votée. L'université de Victoria a calculé le retour sur investissement que le secteur de la recherche pourrait en tirer.

Rendre accessibles en ligne, de manière permanente et gratuite, les résultats des recherches scientifiques, voilà ce que vise à établir un projet de loi américain baptisé FRPAA (Federal Research Public Access Act). Une équipe de l'université de Victoria, qui s'est intéressée aux effets de cette loi sur la société américaine, a du coup mis au point une méthode de calcul capable de mesurer l'impact économique - retour sur investissement - de cette initiative, au travers de deux variables : l'accessibilité et l'efficacité. Cette approche consiste d'une part à calculer la proportion de l'activité en R&D dévouée à la production d'articles de journaux scientifiques comparée à celui du temps de recherche dépensé pour lire et rédiger ces articles.
Mesurer l'implication de l'accessibilité et l'efficacité sur l'investissement
Et d'autre part, à mesurer l'étendue de la publication d'une étude si celle-ci est exposée au niveau local, national, international ou sur Internet. Si l'on en croit l'efficacité de leur approche, la mise à disposition d'articles scientifiques pourrait conduire à un retour sur investissement entre 4 et 24 fois supérieur au coût supposé de l'étude elle-même. Un bien pour le secteur public de la R&D américaine qui étend son potentiel d'innovation grâce à la gratuité d'accès aux études. Les calculs ont en effet prouvé que si les variables "accessibilité" et "efficacité" suivent une augmentation constante pour une période, et ensuite connaissent un pic de croissance, le retour économique pour la recherche et le développement connaîtra un bond proportionnel au pourcentage de ces deux paramètres.
Des difficultés à considérer dans la méthode de calcul
"Il y a un nombre de difficultés qu'il faut considérer en appliquant cette méthode", tempère, malgré tout, l'équipe de recherche. Le premier est l'évaluation dans le secteur de la R&D des dépenses d'activité à l'écriture et à la publication d'articles. L'équipe de recherche invoque également la complexité de mesurer ce retour sur le processus d'innovation. "L'équation que l'on présente suggère un modèle d'innovation linéaire dans lequel la R&D est simplement un autre facteur de production", expliquent les scientifiques. Et d'ajouter : "les innovations à succès dépendent pourtant aussi du retour d'une myriade d'acteurs dans le système d'innovation comme les clients, les département marketing, les fournisseurs, etc.".

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas