L'accès immédiat au réseau professionnel dope la productivité des recrues

Par 09 novembre 2010
Salariés dans un réseau social

Pour plus d'efficacité, les nouveaux salariés doivent être intégrés très tôt aux ressources internes de la société. Et avoir rapidement accès aux plates-formes collaboratives, qui leur ouvrent des portes.

Les nouvelles formes de collaboration en ligne doivent inciter les entreprises à intégrer plus rapidement les jeunes salariés dans leurs équipes opérationnelles, affirment des chercheurs de l’université de Guelph et de celle de Toronto. Ceux-ci publient une étude dans laquelle ils soutiennent qu’il est aujourd’hui impératif de donner aux "jeunes recrues" un accès aux réseaux sociaux professionnels. Et ce, dès les premiers jours de leur formation au sein de la structure de l’entreprise. "Pour augmenter la productivité de la société, il est nécessaire de changer radicalement d’approche, en donnant aux nouveaux salariés un accès plus grand aux ressources internes de la société, via le social networking en particulier", explique Alan Saks, l’un des auteurs du rapport. Selon les chercheurs, lorsqu’un salarié intègre une entreprise, les responsables de formation se limitent habituellement à lui donner des documents, concernant les règles qui prévalent au sein de la structure professionnelle. Ce qui n’est pas suffisant.

Accéder aux connaissances partagées

Un constat partagé par Bruno Gourevitch, Président d’Altaïr Conseil. "C’est vrai que la tendance consiste souvent à fournir au nouvel employé de la documentation sur l’entreprise, ce qui ne permet pas toujours de l’orienter efficacement au sein de la structure", explique-t-il à L’Atelier. "L’intégration de la personne recrutée dans la réalité d’un réseau social professionnel facilite grandement la prise de contacts, ainsi que l’accès aux connaissances partagées". Le spécialiste souligne l’importance d’une relation directe entre le nouvel embauché et des personnes compétentes. Avec lesquelles il est possible d’assimiler plus rapidement des connaissances informelles. Par ailleurs, dans la formation des salariés, il est essentiel, selon les chercheurs, de donner plus de responsabilité à la nouvelle recrue.

La responsabilisation par l’expérience

"Alors, bien sûr, il faut raison garder. Il ne s’agit pas de lui confier un poste crucial, stratégique", précise le spécialiste. "Mais lui déléguer des tâches qui correspondent à son niveau d’expertise permet de tester sa capacité à assumer une responsabilité, progressivement, autour de missions bien définies". Avant de souligner l’importance de cette approche vis-à-vis des risques psychosociaux éventuels. "Le développement du social networking envers les nouveaux embauchés joue un rôle de prévention - via la réduction du niveau de stress résultant de la latitude décisionnelle parfois importante laissée aux jeunes embauchés". Les superviseurs et autres co-workers - qui selon les chercheurs doivent être plus présents - peuvent également apporter un soutien social, conclut Bruno Gourevitch.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas