L'affaire Nippon Hôsô / Livedoor, révélatrice des nouvelles pratiques du capitalisme japonais

Par 01 avril 2005
Mots-clés : Smart city, Asie-Pacifique

Depuis quelques semaines, la presse japonaise ne parle que de l'affaire Livedoor – Nippon Broadcasting System (Nippon Hôsô, une radio AM) – Fuji Television. Outre le fait que cette affaire met en scène des grands noms du monde des médias au Japon,...

Depuis quelques semaines, la presse japonaise ne parle que de l'affaire Livedoor – Nippon Broadcasting System (Nippon Hôsô, une radio AM) – Fuji Television. Outre le fait que cette affaire met en scène des grands noms du monde des médias au Japon, elle constitue surtout une première en matière de tentative de prise de contrôle hostile , réalisée non par une entreprise étrangère, mais par un jeune entrepreneur japonais issu de l'ère Internet.
Livedoor, société dirigée par HORIE Takafumi, 32 ans, tente en effet depuis quelques mois de prendre le contrôle d'une autre société – Nippon Hôsô – contre l'avis de la direction et des employés de cette dernière. Le but de Livedoor est de prendre le contrôle de Fuji TV à travers une participation majoritaire dans Nippon Hôsô, l'actionnaire principal de la chaîne de télévision. Cependant, cette tentative de prise de contrôle vient de connaître, le 24 mars, un nouveau rebondissement, avec l'arrivée de Softbank Investment (SBI) dans le rôle du chevalier blanc. Celui-ci est devenu soudain le premier actionnaire de Fuji TV.
Le fournisseur d'accès Internet japonais (FAI) gratuit Livedoor avait, d'un seul coup, obtenu 37,85 % des actions de Nippon Hôsô le 8 février dernier. A cette date, la radio Nippon Hôsô - qui fait partie du groupe Fuji-Sankeï -, bien que de moindre importance que Fuji TV par le chiffre d'affaires, en restait l'actionnaire majoritaire. Afin d'inverser cette situation, Nippon Hôsô avait lui-même mis sur le marché une part importante de son capital, dans le but de le faire racheter par Fuji TV.

Lors de cette opération, et contre toute attente, Livedoor a acquis des actions de Nippon Hôsô, dans le but de prendre le contrôle de la chaîne Fuji Television, à travers le rachat des actions de Nippon Hôsô. Pour faire face à cette prise de contrôle hostile, Fuji TV a alors voulu exercer son droit d'émission de nouvelles actions, ce qui aurait atténué la valeur des actions. Toutefois, Livedoor a porté l'affaire devant la justice, qui a donné raison au FAI. Au final, Livedoor a obtenu plus de la moitié des actions de Nippon Hôsô, et est devenu actionnaire majoritaire.
La contre attaque de Fuji TV est intervenue le 24 mars . La société a soudain annoncé, avec Nippon Hôsô, une alliance avec un fond d'investissement rattaché au groupe Softbank , Softbank Investisment (SBI), qui « loue » toutes les actions de Fuji Television détenues par Nippon Hôsô (14,67 %) pendant 5 ans. Suite à cet accord, Nippon Hôsô n'est plus actionnaire majoritaire de Fuji TV. Dans le même temps, ces 3 sociétés ont conclu un accord pour créer un fond d'investissement spécialiste des nouveaux médias et des nouveaux contenus multimédias : le SBI BB Media Fund. Le président du groupe Softbank, SON Masayoshi, s'est réjoui de cet accord, qui lui permet d'élargir le catalogue de contenu de son groupe.
Cette affaire n'est toutefois pas encore définitivement conclue par l'arrivée du chevalier blanc. Les discussions entre Fuji TV et l'équipe de M. Horié de Livedoor vont continuer pour trouver un accord. A suivre donc, mais cette première tentative de prise de contrôle hostile dans le monde des médias japonais marque une évolution des pratiques d'affaires au Japon.

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas