L'Afrique, deuxième plus gros marché mobile

Par 04 novembre 2011
Mots-clés : Digital Working, Afrique
afrique

La région occupe désormais la deuxième place en termes de nombre de souscriptions. Une ascension qui s'explique par une population encore peu équipée, et qui ne se limite pas à un unique téléphone.

Le marché mobile africain est devenu en 2011 le deuxième plus gros marché en termes de téléphones possédés, avec environ 616 millions de souscriptions mobiles fin septembre, annonce Informa Telecoms & Media . Ce total le place devant l'Europe de l'ouest et les Amériques, alors même qu'à la fin de l'année 2010, ces deux marchés occupaient les deuxième et troisième places, devant l'Afrique justement, et derrière l'Asie. A noter que les analystes prévoient une accélération de cette croissance. Ainsi, en 2016, le nombre total de souscriptions mobiles sur le continent devrait passer le cap du milliard.

Un marché qui croît sous l'impulsion de quelques grands pays

Pour Matthew Reed, directeur de la section de recherche mobile d'Afrique de l'ouest du Moyen-Orient chez Informa Telecoms & Media, cette croissance s'explique de la manière suivante : "En Afrique, la combinaison d'un marché relativement immature avec d'autres facteurs tels que la croissance démographique ou la baisse de prix des terminaux mobiles sont à l'origine d'une croissance continue et soutenue du marché ". Lorsque l'on s'intéresse à la répartition de ces équipements à travers le continent, l'on se rend compte qu'un petit nombre de pays sont à l'origine de la plus grosse part de la croissance. Ainsi, le Nigéria représentera en 2016 un marché de plus de 150 millions de souscriptions (110 millions actuellement), suivi par l'Egypte (120 millions en 2016) et l'Afrique du Sud (80 millions).

Des marques qui jouent la carte de la fidélisation

Signalons qu'une spécificité du marché africain est de compter moins d'utilisateurs de portables que de souscriptions.  En effet, les consommateurs tendent à posséder plusieurs cartes SIM par personne. En 2016, le nombre d'utilisateurs uniques de portables ne sera ainsi "que" de 570 millions. Du point de vue des marques enfin,  cette maturation de plus en plus forte oblige à redéfinir les priorités. Et désormais, pour 60% des entreprises implantées sur place, retenir le consommateur est une préoccupation majeure, au même titre que d'acquérir de nouveaux clients

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas