L'Afrique du sud mise sur le développement du haut débit mobile

Par 07 décembre 2010
Mots-clés : Digital Working, Afrique
une antenne

Si l'utilisation du sans-fil séduit aussi bien les entreprises que les particuliers, le pays doit encore harmoniser les bandes de fréquence avec l'international pour améliorer l'accès aux données.

Le haut débit mobile devrait générer 72 milliards de rands, soit plus de 10 milliards de dollars et 28 000 emplois en Afrique du sud d'ici à 2015, selon l'étude menée par Analysys Mason. Un impact économique qui dépend toutefois du développement des infrastructures dans le pays. Pour y parvenir, les décideurs politiques, les organismes de contrôle et les opérateurs doivent miser sur "une gestion responsable du spectre des fréquences", expliquent les auteurs du rapport. Il faut en effet s'assurer que l'accès aux données puisse à l'avenir être à la fois plus rapide et moins coûteux pour les utilisateurs. Ce, pour renforcer l'accès aux données par les particuliers et les entreprises.

Favoriser le déploiement du réseau LTE

Les responsables du secteur des télécommunications doivent régler certains problèmes administratifs que soulève l'extension du réseau mobile. Principalement liés à l'attribution du spectre. Pour permettre aux opérateurs de promouvoir naturellement le réseau LTE - qui correspond au 4G -, il faut se fonder sur le réseau existant. Soit la 3G +, qui relie d'ores et déjà plus de 60 % des abonnés au haut débit mobile en Afrique du Sud. Mais cela passe par l'attribution au réseau LTE de la fréquence de 2,6 GHz, privilégiée par l'industrie mondiale du mobile.

Mieux repartir les fréquences mobiles

"Cela est essentiel, pour mettre l'Afrique du Sud en accord avec le reste du monde, maintenir la croissance de la 3G, et assurer le développement de la LTE", expliquent les auteurs de l'étude. Or, la fréquence est jusqu'à présent détenue par un distributeur de radiodiffusion. Et en ce sens, le GSMA* a d'ores et déjà appelé l'ICASA, régulateur chargé du secteur de la communication en Afrique du sud, à répartir les fréquences nécessaires aux services mobiles. A noter que le gouvernement sud-africain a pour objectif de fournir un accès haut débit à l'intégralité du pays d'ici à 2019.

* Association mondiale spécialisée dans la communication mobile

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas