Quand l'alternance de l'usage des médias devient un modèle

Par 02 mai 2011
fille hyperactive

Les utilisateurs de télévision et d'ordinateurs zappent constamment de l'un à l'autre, sans pour autant en avoir conscience. Une tendance qui s'avère plus présente chez les jeunes.

La multiplication des canaux d'information, totalement banalisée ? Selon une équipe du département "Marketing et systèmes d’informations" de l’université de Boston, les individus changent leur attention d’un média à l’autre quatre fois par minute s’ils ont devant eux une TV et un ordinateur portable. Pour parvenir à ces conclusions, les chercheurs ont réalisé une expérience de mise en situation menée auprès d’étudiants et du personnel d’une université. Autre enseignement : la visualisation simultanée de plusieurs médias est plus appréciée par les plus jeunes, et l’étude montre que près de la moitié des étudiants consomme un média en même temps qu’un autre. D’une manière générale, ce type de préférence permettrait de prédire en partie le nombre de changements de regard. Par ailleurs, les hommes auraient plus tendance à zapper que les femmes.

Une histoire d’attention ?

Les chercheurs ont également cherché à savoir si les participants ont une certaine prise de recul face à leurs comportements dits « multitâches », mais ces derniers le sous-estiment : ils ont reporté un nombre de changement de regard correspondant à uniquement 12 % de la réalité étudiée dans le cadre de ces expériences. Pour les chiffres, les ordinateurs captivent davantage l’attention que la télévision. Un utilisateur change ainsi davantage de site que de chaîne télévisée (29 pages web contre 5 chaînes de TV en combien de temps en 27,5 minutes). Dans la même veine, 46 % des regards sur le petit écran dureraient moins de 1,5 seconde contre 22, 6 % quand l’utilisateur est devant un PC.

Prise de recul

Durant près de 30 minutes, les utilisateurs zapperaient en moyenne 120 fois entre l’ordinateur et la télévision. Cela correspondrait donc à des durées médianes de regards de 1,77 secondes et 5,3 secondes, respectivement devant une TV et un PC. Ces importantes déviances du regard seraient expliquées par une activité de contrôle d’un utilisateur sur ses différents écrans. L’étude reste toutefois limitée puisque les participants n’ont pas eu le droit et l’occasion d’utiliser leur téléphone portables ou quelconque média papier durant la durée d’observation. Des prochaines recherches pourraient donc davantage prendre ce type d’usages en compte.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas