L'analyse statistique utile à la performance de l'entreprise

Par 15 novembre 2010
statistiques courbes

Les entreprises les plus compétitives sont aussi celles qui adoptent le plus des solutions analytiques. Mais certains obstacles limitent leur adoption par les professionnels.

Pour prendre des décisions, les responsables des entreprises les plus performantes s’appuient plus volontiers sur des données chiffrées et des méthodes de calcul performantes que sur leur intuition. C’est ce qui ressort d’une étude menée conjointement par IBM et le MIT Sloan Management Review. Afin de mieux comprendre comment les organisations professionnelles perçoivent aujourd’hui les outils analytiques, les consultants ont interrogé des cadres d’entreprise. Il ressort que ceux des compagnies les plus compétitives ont trois fois plus de chance de faire appel à des solutions statistiques et des données rationnelles de façon régulière que ceux des autres sociétés. "L’étude démontre clairement un lien entre l’utilisation des technologies analytiques et l’habilité des professionnels à choisir des options compétitives", note Fred Balboni, responsable de l’étude.

Des freins à l’adoption

Avant d’ajouter : "la corrélation entre la performance et le fait que des managers utilisent des outils statistiques doit impliquer quelque chose pour les entreprises qui visent à se démarquer". Pourquoi certaines continuent malgré tout à délaisser ces outils analytiques ? Trois obstacles freinent l’adoption de ces solutions en entreprise, selon les personnes interrogées au cours de l’enquête : le manque de connaissances pour implémenter ces outils, le manque de compétences pour les utiliser à bon escient ensuite, et le fait que d’autres actions sont encore perçues comme prioritaires pour augmenter la compétitivité de l’entreprise. Les analystes préconisent du coup certains changements, pour faciliter l’adoption de ces outils.

Elaborer les stratégies avant d’inspecter les données

Les organisations professionnelles doivent, selon eux, modifier l’équation : "la plupart du temps, pour lancer de nouvelles initiatives, les entreprises commencent par rassembler des données sur un sujet, pour en extraire ensuite certaines conclusions", expliquent-ils. "Il faudrait procéder inversement : commencer par identifier des points cruciaux, pour ensuite inspecter des paquets de données, en y cherchant des réponses", développent-ils. L’étude a été menée auprès de 3000 cadres, de 108 pays, et appartenant à près de 30 secteurs professionnels.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas