Le langage Ruby se popularise au Brésil

Par 23 août 2007

Ruby séduirait de plus en plus de développeurs sur les marchés émergents, annonce Evans Data. C'est un Brésil que l'adhésion à ce le langage de programmation devrait enregistrer la plus forte progression l'année prochaine...

Ruby séduirait de plus en plus de développeurs sur les marchés émergents, annonce Evans Data. C'est un Brésil que l'adhésion à ce le langage de programmation  devrait enregistrer la plus forte progression l'année prochaine.  
 
Le nombre de développeurs brésiliens utilisateurs du langage de script Ruby devrait doubler l'année prochaine si l'on en croit une étude d'Evans Data Corporation.
Le cabinet d'étude spécialisé dans le secteur IT a interrogé 400 professionnels de la ligne de code résidant dans ce pays latino-américain, en Chine, en Inde, ainsi que dans des pays d'Europe orientale. Ressortant comme l'un des constats significatifs de cette étude, les développeurs brésiliens auraient été 15% à déclarer utiliser Ruby, un chiffre qui devrait rapidement s'élever.
 
Une présence sur les marchés émergents
 
En effet, près d'un tiers du panel ayant évoqué la possibilité de l'utiliser dans les mois à venir. Si ce langage de script remporte un certain succès sur les marchés émergents tel que la Chine, où 20% de la population de développeurs emploieraient Ruby, c'est effectivement au Brésil que les prévisions sont les plus encourageantes. "Ruby a fait sensation dans l'univers du développement de par son orientation objet et sa simplicité d'utilisation", explique John Andrews, directeur de Data Evans.
 
La suprématie de JavaScript
 
JavaScript reste le langage le plus communément utilisé sur les marchés émergents comme dans le reste du monde. A titre d'exemple, 80% des développeurs chinois interrogés auraient déclaré s'appuyer régulièrement sur ce fameux langage dans le cadre de leurs activités. De l'autre côté de la frontière, en Inde, ils seraient de trois quarts à être concernés. En toute logique, la marge de progression de Javascript est réduite. En toute logique, Data Evans confirme qu'aucune extension de son utilisation n'est à envisager sur les marchés étudiés.           
 
(Atelier groupe BNP Paribas - 23/08/2007)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas