"Le langage s'adapte à la technologie, et réciproquement"

Par 01 décembre 2009

L'influence des téléphones portables, d'Internet et des médias sociaux se fait sentir sur la langue. Une influence qui n'est pas à sens unique. Entretien avec Ananda Mitra, professeur de communication.

Ananda Mitra enseigne à la Wake Forest university.
L’Atelier : Le dictionnaire Oxford vient de consacrer comme mot de l'année le terme "unfriend", venu des réseaux sociaux. Cela est-il révélateur de l’influence des nouvelles technologies sur le langage ?
Ananda Mitra : Oui, à chaque fois qu’une technologie fait son apparition, la société doit trouver un mot pour la décrire. La simplicité est un critère important, plus peut-être que l’exactitude du terme. Par exemple on a appelé "transistor" ces postes radios transportables dans les années 1970. Il s’agissait initialement d’un mot technique qui désignait une partie de l’appareil, mais ça a fini par désigner l’ensemble.
Y a-t-il des particularités dans la manière dont Internet et les médias sociaux changent le langage ?
Je pense que oui. La langue a pour but de rendre la communication plus simple. Le langage SMS est particulièrement significatif de cette tendance. On essaye d’être plus économe de nos mots. Sur Facebook et plus encore sur Twitter, l’utilisateur est restreint dans le nombre de mots qu’il peut utiliser. Jusqu’ici l’unification du langage fonctionnait du haut vers le bas. Quelqu’un décidait comment il fallait ou ne fallait pas parler. La technologie, et particulièrement les médias sociaux, ont permis à tout un chacun de développer son propre langage. Le processus est beaucoup plus démocratique. L’être humain adapte son langage pour correspondre à la technologie qu’il utilise.
L’inverse est-il vrai ?
Oui, cela fonctionne dans les deux sens. Par exemple les moteurs de recherche commencent à être configurés pour autoriser l’utilisateur à poser des questions de la même manière qu’il le ferait dans la vie réelle. Un autre exemple de cette adaptation de la technologie au langage humain concerne la reconnaissance vocale. Les ordinateurs sont programmés pour comprendre les distinctions qui existent entre deux mots identiques selon le contexte.
En quoi la façon dont nous communiquons en ligne est-elle différente de celle que nous employons tous les jours ?
La principale différence résulte du fait que sur Internet on perd l’aspect non verbal de la communication. Tous ces indices qui influencent la manière dont nous comprenons une conversation. C’est pourquoi beaucoup de choses qu’il serait superflu de souligner dans une conversation réelle doivent être explicitées en ligne. Comme le fait de rire, par exemple. Il y aussi une plus grande liberté, moins de retenue. La consécration du mot "unfriend" est caractéristique : on ne repousserait pas la main de quelqu’un dans la rue, mais sur Internet, on se sent plus anonyme, il suffit d’un simple clic pour supprimer quelqu’un de sa liste de contacts.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas