L'Angleterre aura-t-elle sa confrérie d'informaticiens ?

Par 26 août 2009
Mots-clés : Smart city, Europe

L'ingénierie des systèmes informatiques est devenue cruciale aux entreprises et aux collectivités. C'est une bonne raison pour demander à ses professionnels d'adhérer aux valeurs d'une corporation spécifique.

Les nouvelles technologies entrent dans l'âge adulte. Pour autant, la profession d'ingénieur informaticien doit encre se structurer. "Il y a un parallèle fort avec la profession médicale qui a su, au milieu du XIXe siècle, se transformer en une discipline où ses praticiens devaient se former au corpus émergent de cette spécialité", affirme même l'Académie Royale d'ingénierie du Royaume-Uni. Dans son rapport "Engineering Values in IT", celle-ci estime que le développement de systèmes informatiques requiert de l'intégrité et une éthique forte. L'institution rappelle qu'il faut s'assurer que les projets sont bien conduits dans le seul intérêt du client.
Adhérer à un code de conduite
Pour elle, ce statut spécial permettra d'avoir plus de certitudes sur les capacités du professionnel à faire les compromis adéquats entre le coût, la durée, les fonctions, le risque et la faisabilité technique. Une charte pour cette corporation d'ingénieur informaticien induirait pour ses membres une obligation d'adhésion à un code de conduite. Cela leur demanderait aussi de se former continuellement pour approfondir leur expérience mais aussi avoir conscience des changements dans l'environnement législatif et social. Pour qu'une telle corporation soit viable, l'académie demande que le gouvernement anglais et les entreprises soient prescripteurs.
Des certifications en cas de projets liés à la sécurité
Soit qu'ils ne fassent appel qu'à des professionnels certifiés pour mener leurs projets informatiques. En particulier, quand ces projets sont liés à la sécurité et à la sécurité nationale. Le rapport recommande même aux autorités anglaises d'intégrer en son sein une expertise en ingénierie informatique. Ce serait en effet un bon moyen pour le gouvernement d'être "un client intelligent", c'est-à-dire capable de définir ses besoins, de trouver les experts idoines, de réagir de façon appropriée aux conseils reçus, et de s'assurer que les gros systèmes informatiques viennent des bons fournisseurs.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas