L'Angleterre numérique entre en chantier

Par 20 octobre 2008
Mots-clés : Europe

Alors que le gouvernement français présente son Plan Numérique 2012, l'Angleterre devra attendre l'été 2009 pour connaître les grandes lignes du Digital Britain.

Permettre à tous les habitants d’accéder aux réseaux numériques. Développer la production et l’offre de contenus numériques. Diversifier les usages et les services numériques. Rénover la gouvernance et l’écosystème de l’économie numérique. Tels sont les grands axes du plan numérique 2012 présenté ce matin par Eric Besson, le secrétaire d’État chargé de la Prospective, de l’Evaluation des politiques publiques et du Développement de l’économie numérique (cliquez ici pour lire le document dans son intégralité). Mais cela pourrait être aussi la présentation de Stephan Carter, ministre des technologies de la communication, de la technologie et de la diffusion. Dépendant du premier ministre britannique, celui-ci aura jusqu'à l'été 2009 pour rendre sa copie, baptisée "Digital Britain".
Un marché de 52 milliards de livres
Le but est d'aider ce secteur à prospérer Outre-Manche. Dans le Royaume, il représente actuellement moins de 6 % du PIB, soit 52 milliards de livres (plus de 67 milliards d'euros) et emploie un demi million de personnes. Les axes de réflexion sont déjà connus. Le gouvernement anglais veut développer le haut débit. Dans ce domaine, le gouvernement français a déjà prévu, lui, de donner accès à 100 % de la population au haut-débit d’ici à 2012. L'Angleterre a aussi prévu d'étudier les moyens de parvenir à l'avènement de la radio numérique, en prenant appui sur les leçons acquises durant le passage à la télévision numérique. Toutes les conséquences de la numérisation sur les services publics audiovisuels (dont fait partie la BBC) seront disséquées.
Renforcer la confiance numérique
Dans le domaine des fréquences radio, l'identification des barrières à leur libération est une des priorités. En France, une fraction de la libération sera pour 2009 : "une partie des fréquences libérées par l’extinction de la télévision analogique, la sous-bande (790-862 MHz), sera affectée à l’accès Internet haut débit". Tout ce qui empêche les citoyens d'user pleinement d'Internet est aussi en ligne de mire. Sur le Continent, c'est déjà acté : renforcer la confiance numérique, garantir la protection des données personnelles et lutter contre toutes les formes de cybercriminalité. Autre aspect étudié en Angleterre : augmenter les connaissances informatiques, afin de maximiser les effets des technologies du numérique sur la société.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas