L'assistance aux personnes fera le succès de la robotique

Par 12 mai 2010
Mots-clés : Smart city, Europe

Le vieillissement de la population favorisera l'émergence de robots compagnons et capables d'aider les individus au quotidien. Cela principalement en Asie.

Le marché mondial de la robotique atteindra les 21 milliards de dollars d'ici à 2014, contre 10 milliards en 2009, estime un rapport de Markets and Markets*. Principal acteur du secteur : l'Asie, qui génèrera à elle seule plus du tiers des revenus. Selon le cabinet, cet engouement pour la robotique s'explique en grande partie par le fait que le secteur est passé du développement de robots industriels à des robots de service. Ces derniers commençant à être adoptés pour accomplir des tâches considérées comme pesantes, sales, difficiles ou dangereuses par les individus. Mais ce n'est pas tout. Toujours dans cette optique de service, les systèmes robotisés sont aussi perçus comme un moyen d'assistance.
Des robots compagnons
Ainsi, explique Markets and Markets, l'un des moteurs de cette croissance s'explique par un vieillissement de la population : celui-ci crée un besoin pour des systèmes robotisés dédiés à assister les personnes : systèmes d'aide à la réalisation de tâches, robots compagnons…. Le marché des machines domestiques devrait ainsi quasi représenter 70 % de la demande globale dans quatre ans, particulièrement en Asie. L'Europe, puis l'Amérique du Nord, seront aussi demandeurs. Mais cette dernière devrait principalement investir dans des solutions médicales et liées à la défense du territoire.
Des efforts au niveau de la mise en réseau
Deux autres secteurs qui, avec celui du divertissement, profiteront aussi des avancées technologiques en robotique. Le cabinet cite ainsi la généralisation de machines dédiées à la construction, la surveillance, la maintenance, la réalisation d'opérations chirurgicales… Reste que, rappelle le cabinet, même si les industries optent de plus en plus pour une main-d'œuvre robotisée, certains facteurs posent encore problème comme la capacité limitée des robots à travailler dans un environnement non structuré ou en réseau.
*'Global Service Robotics Market (2009 - 2014)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas