L'assistant robot doit se plier aux habitudes de son propriétaire

Par 16 avril 2009
Mots-clés : Smart city

Pour le CompanionAble project, seul un robot capable de saisir et de s'adapter à son environnement peut véritablement veiller sur une personne âgée. Son prototype comprendra l'état émotionnel et les habitudes de l'utilisateur.

Pour donner plus d'indépendance aux personnes âgées tout en leur assurant un suivi de santé à domicile, la robotique est une solution. Mais elle implique le développement de machines capables de comprendre le contexte dans lequel elles évoluent et reliées au corps médical. Sur ce constat de départ, le projet européen CompanionAble développe un prototype de robot qui sera apte à comprendre l'état émotionnel de son propriétaire, ses habitudes, le soutien social et le suivi de santé dont il bénéficie. Pour y parvenir, les chercheurs travaillent sur un réseau de capteurs de vision, de son et de mesure de la distance qui donneront la possibilité au robot de détecter et gérer la situation d'une personne. Ces différents dispositifs lui permettront d'enregistrer les interactions qu'il a eues avec des individus et d'identifier quels visage, paroles ou gestes correspondent à quelle émotion.
Un robot d'apparence humaine
Mais aussi d'identifier les habitudes de l'utilisateur. En ce qui concerne le design, les scientifiques tablent sur une apparence humaine. Ce, pour faciliter le rapport avec son propriétaire : le robot aura un visage, disposera d'un écran tactile, sera capable de dialoguer et d'arborer plusieurs expressions faciales. Via les capteurs et caméras, il comprendra les signaux verbaux mais aussi non verbaux émis par son utilisateur. Il permettra de réaliser des vidéoconférences avec les médecins et les proches afin de permettre au patient de garder un contact humain avec son environnement, si celui-ci ne peut être physiquement présent. En cas de comportement anormal, les professionnels de santé seront alertés automatiquement.
Un suivi thérapeutique à distance
Autant de dispositifs qui permettront de mettre en place un suivi thérapeutique à distance fiable. "L'initiative combine l'utilisation de robots dans des environnements intelligents avec la volonté de créer une machine capable de devenir un véritable compagnon au quotidien", expliquent ainsi les responsables du projet. L'habitation doit en effet être adaptée aux besoins de communication à distance. Preuve que le projet est considéré comme d'importance : le Tecnalia Health and Quality of Life Unit vient d'annoncer sa participation. Il interviendra sur la mise au point de capteurs des habitudes de vie et sur la qualité de l'interaction homme/machine. Le projet est prévu pour courir jusqu'en 2012.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas