L'Atelier numérique invente le "crash test" sur YouTube

Par 18 octobre 2006
Mots-clés : Smart city

Depuis plus de 3 ans, l'émission "L'Atelier Numérique" (BFM) analyse les usages des nouvelles technologies tous les week-end pendant 2 heures sur BFM. Cette émission est co-présentée...

Depuis plus de 3 ans, l'émission "L'Atelier Numérique" (BFM) analyse les usages des nouvelles technologies tous les week-end pendant 2 heures sur BFM. Cette émission est co-présentée par François Sorel, animateur sur RMC et BFM, et par l'équipe de L'Atelier (Atelier.fr), centre de veille technologique du Groupe BNP Paribas, parmi lesquels un "trio" qui est à l'origine de l'émission : Jean de Chambure, Antoine Sire et Dominique Piotet, qui intervient depuis son bureau tout proche de la Silicon Valley.
 
L'émission alterne des interviews de fond d'acteurs des nouvelles technologies et des séquences analysant de manière souriante les nouveaux usages de ces techniques. Elle s'achève traditionnellement par le Crash test, séquence de 8 minutes pendant laquelle Antoine Sire explore, à l'aide de Google, tous les "avatars" d'un mot ou d'un nom propre sur le Web, et se laisse guider par les hasards du lien hypertexte pour arriver à un point parfois très... éloigné du point de départ.
 
Pour la première fois, le Crash test de l'émission diffusée les 21 et 22 octobre sera réalisé entièrement sur YouTube, le moteur de recherche de vidéo amateur créé il y a à peine un an et demi par Chad Hurley, Steve Chen et Jawed Karim. Ce site, qui vient d'être racheté par Google pour 1,65 milliard de dollars, est devenu tellement important dans la vie américaine que les internautes peuvent désormais y suivre, à travers les vidéos amateurs, toutes les apparitions publiques des hommes politiques et s'assurer ainsi, par exemple, de l'absence de double langage.
 
Sur un mode plus... modeste que celui de Google, L'Atelier Numérique a décidé de saluer à sa manière le phénomène YouTube à partir d'un crash Test dont le point de départ est "Leonard de Vinci" qui nous emmènera des vidéos documentaires consacrées à l'auguste génie jusqu'aux pastiches de "Da Vinci code" en passant par des vidéos montrant des fanatiques de machines volantes essayant de faire voler des oeufs sans les casser à bord de machines inspirées du parachute conçu jadis par Leonard.
 
"Certes la matière est beaucoup moins vaste que lorsqu'on s'autorise à aller sur tous les sites et blogs classiques. Il y aura donc toujours des crashs tests réalisés "à l'ancienne". Mais l'expérience méritait d'être tentée et nous la renouvellerons", a déclaré Antoine Sire après la préparation de ce crash test qui lui aura tout de même pris plus de quatre heures, contre deux heures environ pour un crash test classique.
(Atelier groupe BNP Paribas – 18/10/2006)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas