L'Atelier questionne Capucine Cousin

Par 27 juin 2008
Mots-clés : Future of Retail, Europe

L'auteur de "Tout sur le web 2.0" revient sur la démocratisation des applications 2.0. En insistant sur l'émergence de l'internaute 2.0.

Le web 2.0 est-il simplement un terme en vogue, ou représente-t-il réellement un tournant du web ?
L'expression Web 2.0 en elle-même est un raccourci de langage qui permet de résumer un phénomène plus complexe : les nouveaux usages nés autour du Web ces dernières années, et les applications et outils teles les blogs, wikis, réseaux sociaux, les plates-formes de partage de contenus comme YouTube... Donc oui, le web 2.0 représente un tournant du web : où l'internaute est devenu producteur de contenus, et peut collaborer en ligne (la notion de User generated content...).
Les ouvrages sur le sujet sont de plus en plus nombreux. A quoi cela est-il dû?
L'expression web 2.0 pouvait sembler initialement très geek, très codée... Mais les nombreuses applications qui sont derrière ont été adoptées par de plus en plus de gens, qui ont donc envie d'en savoir plus. Il n'y a qu'à voir le succès de plates-formes de blogs comme Skyblog, ou de MySpace auprès des ados. Les livres qui sortent en ce moment sur le web 2.0 donnent des informations pratiques au grand public sur comment bien utiliser ces nouveaux outils, mais analysent aussi avec un certain recul les conséquences sociologiques, économiques etc.
Quelle est la spécificité de votre livre par rapport aux autres ?
Il se veut une sorte de guide pratique pour savoir ce que sont les applications-clés du web 2.0. On y présente les outils les plus représentatifs : les sites de partage de contenus, les outils collaboratifs (comme del.ic.ious, les flux RSS ou les mashups), les réseaux sociaux...Mais il soulève aussi les questions liées au Web 2.0 qui commencent à émerger : comme celle du crowdsourcing, par lequel les entreprises sollicitent l'expertise d'internautes, comme Crowdspirit en France, qui propose aux inventeurs potentiels d'exposer leurs idées sur son site.
A qui selon vous le web 2.0 donne t-il le pouvoir : aux internautes ? aux marketers ?
Je serais tentée de dire : aux deux !
Aux internautes, car ils peuvent produire eux-mêmes du contenu et l'éditer en ligne. A un niveau plus marketing, cela change aussi les choses pour les entreprises : les pros du marketing testent là de nouvelles manières de communiquer. Comme avec le marketing participatif, par lequel les entreprises impliquent leurs clients, jusque dans la conception du design du produit. En mars, Starbucks a ainsi ouvert sa plate-forme Digg like My Starbucks Idea, où les internautes peuvent faire part de leurs idées pour améliorer le service. Un système de vote plébiscitaire fait remonter les propositions les plus populaires. Joli plan de com' pour Starbucks, en perte de vitesse aux US...
Quel est l'avenir du Web 2.0 ? Va-t-il s'essoufler, se diversifier ?
Je pense qu'il va se diversifier. Si on prend l'exemple de Facebook, on remarque que les internautes inscrits depuis quelques mois se l'approprient, et l'utilisent différemment par rapport aux premières semaines. Ils se sont lassés d'applications-gadgets comme le jeu Vampires, mais maîtrisent souvent mieux la page "Privacy", en protégeant certaines de leurs données...

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas