L'Atelier questionne François Laurent

Par 27 juin 2008
Mots-clés : Future of Retail

Le Web 2.0 est une nouvelle étape du Web, qui donne le pouvoir au consommateur. Pour l'auteur de Marketing 2.0, il marque le début d'une société participative.

Le web 2.0 est-il simplement un terme en vogue ou représente-t-il réellement un tournant du web ?
Le Web 2.0 ne constitue ni un effet de mode, ni un tournant du Web : il marque une étape sociétale à la fois capitale et irréversible. Il est le passage d'une communication verticale, de type one to many, à une communication horizontale, de type many to many. La société de consommation telle que nous la vivons depuis plus d'un demi siècle est belle et bien agonisante.
Les ouvrages sur le sujet sont de plus en plus nombreux. A quoi cela est-il dû ?
L'explosion des lieux d'expression spontanée a complètement bouleversé l'ordre établi : plus un parent d'adolescent n'ignore ce qu'est un blog, ses enfants en ont souvent un ! Les repères sont chamboulés : les citoyens ne lisent plus l'information sur la toile, ils la commentent, tant sur les blogs que sur les sites médias qui doivent leur ouvrir leur espace. Des sites qui sont du coup les premiers exposés, et qui braquent leur loupe grossissante et déformante sur le phénomène, accordant une place accrue à un système qu'ils aimeraient bien maîtriser ... Il ne faut pas oublier les publicitaires, qui jouent bien souvent les apprentis sorciers en déclenchant des buzz, qui parfois se retournent contre eux.
Quelle est la spécificité de votre livre par rapport aux autres ?
La plupart des ouvrages envisagent le Web 2.0 et le Marketing 2.0 sous l'angle technologique ; je l'aborde sous l'angle sociétal et pars du consommateur ... d'où la double idée d'intelligence collective (sous titre) et de marketing plus humain (conclusion).
A qui le web 2.0 donne-t-il le pouvoir ? Aux internautes ? Aux marketeurs ?
Aux marketeurs ? Ils n'y a qu'eux pour y croire !
Aux consommateurs, aux citoyens ... à vous, à moi. Il ne faut pas se leurrer : le consommateur a repris le pouvoir ... et ceux qui le nient, se voilent en fait la face ! Le marketing peut apprendre à composer, à jouer le jeu, à dialoguer : tout n'est pas perdu, à condition de descendre de son piédestal, d'abandonner l'arrogance naturelle de ceux qui savent et ont le pouvoir pour accepter d'échanger d'égal à égal.
Quel est l'avenir du web 2.0 ? Le web 3.0 ?
Encore faudrait-il être capable de dire ce qu'est exactement le Web 3.0.
Le Web mobile, pour faire plaisir aux opérateurs de télécommunication ? Le Web 3D pour faire plaisir aux rédacteurs de la Metaverse Roadmap et aux amoureux de Second Life ?
Ou alors le Web sémantique, pour plaire à ceux qui n'ont pas compris qu'au milieu de toutes ces discussions, on nage en plein Web sémantique.
Si l'on considère que le Web 2.0, c'est le passage d'une communication verticale à une communication horizontale, entre pairs ; que le Web 2.0 marque la fin de la société de consommation et le début d'une société participative ; alors le Web 2.0 - ou plutôt le 2.0, bien au delà du seul Internet - est là pour quelques dizaines d'années, voire plus !

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas