L'Atelier questionne Jérôme Bouteiller

Par 27 juin 2008
Mots-clés : Future of Retail

Le co-auteur de "Bienvenue sur Facebook ! Le mode d'emploi" explique que le web 2.0 relie avant tout les internautes entre eux. Ce qui passe aussi par une relation de confiance entre marketers et utilisateurs.

Le web 2.0 est-il simplement un terme en vogue, ou bien représente-t-il réellement un tournant du web ?
Je ne me risquerai pas à définir l'expression "web 2.0" mais je constate effectivement un tournant dans l'Internet. Pour faire bref, le Net a jusqu'à présent connu quatre étapes : l'Internet 1.0 qui relie les réseaux, l'Internet 2.0 qui relie les machines, l'Internet 3.0 qui relie les documents et enfin l'Internet 4.0 ou Web 2.0 qui s'emploie à relier les internautes. Il impose aussi de nouveaux outils : messagerie instantanée, blogs, réseaux sociaux et autres applications de communication.
Les ouvrages sur le sujet sont de plus en plus nombreux.  A quoi cela est-il dû?
L'expression Web 2.0 est née il y a quatre ans et a fait son apparition dans l'hexagone il y a environ trois ans. Au delà du terme, qui commence sans doute à ne plus signifier grand chose, les applications communautaires sont plébiscitées par les internautes français comme en témoigne le succès de sociétés françaises comme SkyBlog, Meetic, DailyMotion, PriceMinister ou Over-Blog, toutes très actives sur le sujet.
Quelle est la spécificité de votre livre par rapport aux autres ?
Nous avons décidé de parler de Facebook car cette société a connu la plus forte croissance du secteur en 2007 et que, contrairement à Skype, MySpace ou YouTube, c'est la seule marque estampillée 2.0 à être encore indépendante. Le livre parle de cette success story mais aborde également des aspects bien plus pratiques relatifs à l'utilisation et à l'exploitation de cette plate-forme qui marie avec brio l'utile et le futile.
A qui le web 2.0 donne t-il le pouvoir : aux internautes ? Aux marketers ?
Comme l'a expliqué récemment Pierre Bellanger, PDG de Skyrock, les marques ne pourront plus se permettre une communication commerciale "lyrique" et une communication financière "cynique". Elles vont devoir construire une communication cohérente -certains parlent de "conversations"- avec des internautes qui seront tour à tour fournisseurs, clients, partenaires et peut être actionnaires. Plutôt que de parler de "pouvoir", l'avenir passe plutôt par la construction d'une relation de confiance entre les marketers et les internautes.
Quel est l'avenir du Web 2.0 ? Va-t-il s'essouffler, se diversifier ?
L'expression va rapidement devenir désuète mais le web social me semble être une tendance lourde.
Comment à votre avis va évoluer Facebook ? Est ce que le modèle du participatif est un modèle suffisant pour continuer à exister ?
Facebook incarne sans doute le mieux un nouveau modèle de média "amical", où chaque interaction de membre (nouveaux amis, statut, photos, etc.) est une source d'information pour ses propres amis. Le concept du "newsfeed" est d'ailleurs désormais repris par Google, Yahoo ou même Microsoft. Facebook est également en train de réussir un autre pari : celui de devenir une plate-forme applicative, comparable à ce qu'a pu être Windows dans les années 1980 sur les PC.
Ce site est donc une réussite d'audience et une réussite technique. Reste à transformer l'essai en attirant les annonceurs sur ces nouveaux formats tout en restant indépendant, ce qui pourrait s'avérer le plus délicat quand on voit la puissance financière d'un Google ou d'un Microsoft.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas