L'audit énergétique est affaire de smartphone

Par 29 juin 2011
Application

Envirolytics se lance dans le développement d'application pour aider les utilisateurs à réduire leur consommation en énergie. Le système combine analyse de données sur l'environnement et sur l'usage fait.

Pour aider les utilisateurs à réduire leur consommation d'énergie, Envirolytics propose de combiner données captées dans son environnement et d'autres plus factuelles. L'application iViro permet ainsi de prendre des mesures sur des bâtiments à l'aide de smartphones. Elle fournit ensuite des recommandations sur l'isolation, l'orientation des lumières etc. "Cela est possible grâce des données que l'utilisateur rentrera dans son téléphone, puis, grâce à la caméra et à l'accéléromètre qui permettent de calculer le volume des pièces. Enfin, le GPS permet de récolter des informations météorologiques",explique Patrick Leslie, dirigeant d'Envirolytics, pour préciser que "l'idée, c'est de permettre d'économiser jusqu'à 25 % d'une facture".

Profiter des données

Patrick Leslie insiste sur le fait que "le but était aussi bien d'offrir une solution efficace aux utilisateurs, que de collecter des données sur l'habitat pour les commercialiser, ou de  travailler sur des projets environnementaux, par exemple avec le gouvernement". Le challenge est en effet de légitimer une expertise dans le domaine énergétique grâce à l'analyse des données récoltées. La première étape est donc une étape d'engagement des consommateurs, afin de faire connaître au mieux l'application. "Ensuite, nous nous adresserons au marché des sociétés, notamment des PME, qui devront payer pour des audits détaillés" poursuit-il.

Une application encore jeune

"A ce jour, l'application est testée auprès d'un panel d'utilisateur, et sera rapidement disponible une fois les dernières mises au point effectuées" poursuite Patrick Leslie, qui présentait ce projet lors de la célèbre compétition IBM SmartCamp à New York qui se tient les 28 et 29 juin. A l'avenir, iViro permettra aux utilisateurs de rajouter des informations virtuelles, comme des objets, pour affiner la précision des analyses, dans le calcul de la surface d'une pièce. A noter que le dirigeant souhaite développer cette application sur Blackberry, iPhone, et Android.

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas