L'Australie met en place ses pépinières

Par 10 mars 2009

Afin de favoriser le développement et la compétitivité de ses jeunes entreprises, le gouvernement australien finalise son système de pépinières et d'incubateurs.

Depuis février, un incubateur baptisé Creative Industries Innovation Centre (CIIC) a ouvert ses portes sur le campus de l'université de technologies de Sydney. "Ces incubateurs favorisent l'accès aux dernières technologies", explique à L'Atelier Michael Grieve, directeur du CIIC. En outre, pour les jeunes entreprises des secteurs de la communication (cinéma, édition, etc.) qui y poussent, c'est le gage de ressources et de support auxquelles elles n'avaient pas accès dans le passé. Par exemple, Sidney et sa région concentrent selon les statistiques officielles 39% des entreprises créatives d'Australie, 70% des entreprises high tech internationales et la plupart des banques locales. Ce qui les a pénalisées sur les marchés internationaux. D'où le lancement par le gouvernement australien de six centres d'innovation industrielle en mai 2008.
Un système original
Chacun spécialisé dans des industries spécifiques. "Ils tissent des liens avec les différentes agences gouvernementales et surtout encouragent le développement de plans en R&D". Le centre apporte également des connaissances juridiques afin de protéger efficacement la propriété intellectuelle. La fonction principale de ces dispositifs est d'offrir aux entreprises innovantes un diagnostic des opérations de l'entreprise gratuitement. Ce dernier pointe généralement trois à six recommandations, qu'un consultant extérieur analyse afin d'améliorer la productivité et la compétitivité internationale et de pérenniser l'entreprise. Le consultant est payé avec une partie du financement de vingt mille dollars donné par le centre. Chacun des six centres a des objectifs différents.
Des points communs
Michael Grieve nous explique que "le CIIC a pour objectif de prendre en charge trois cents analyses de modèles d'affaires par an". Ceux qui se focalisent sur les innovations dans le secteur manufacturier, peuvent aider quatre cents entreprises. Point commun avec le système français, la mise en place de partenariats avec les universités. Ce qui inclut des incubateurs, l'accès aux ressources de l'Université, des groupes de travail et des possibilités de réseaux importantes. D'autres centres sont spécialisés dans les mines, les régions innovantes, la défense, les entreprises isolées et les énergies renouvelables. À noter que ces initiatives ont été lancées à la suite de l'élection de M. Kevin Michael Rudd. Celui-ci avait promis une éducation digitale haut débit et une économie de l'innovation lors de son programme. En France, la dernière initiative proche est l'extension prochaine du concept de la Cantine, au départ conçu par les équipes du Silicon Sentier.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas