L'Auvergne teste le service public par visiophonie !

Par 21 avril 2006
Mots-clés : Smart city, Europe

En Auvergne, les rendez-vous administratifs se feront aussi par visiophonie ! France Telecom a signé un partenariat original avec le Conseil régional d'Auvergne, qui se concrétise par le Point...

En Auvergne, les rendez-vous administratifs se feront aussi par visiophonie ! France Telecom a signé un partenariat original avec le Conseil régional d'Auvergne, qui se concrétise par le Point Visio Public (PVP). C’est un guichet administratif virtuel qui offre un point de contact avec plusieurs administrations partenaires. L'objectif est de compenser l’absence de permanence physique qui fait tant défaut dans toutes les communes concernées.
 
Connectée au haut débit, chacune de ces bornes publiques est dotée d'un écran plasma haute résolution, d'un scanner, d’une caméra, et d'une imprimante, avec possibilité de visiophonie. Mais pas questions de s'en servir pour des appels personnels ou une visioconférence avec vos amis… Les Points Visio Public ont un usage purement administratif ! A l'autre bout, ce sont des experts de plusieurs organismes publics qui sont en ligne.
 
L’usager peut ainsi effectuer depuis ce pupitre toutes ses démarches administratives à distance, consulter des informations directement à l’écran, recevoir et envoyer des documents, les signer le cas échéant, et dialoguer avec un agent administratif. L’objet est de désenclaver certaines zones rurales autrefois coupées des grands services publics et ce, à peu de frais, puisque les économies en personnel et infrastructures ne sont pas négligeables.
 
Le choix de la visiophonie permet aussi de ne pas rendre ces rendez-vous trop impersonnels. Lorsque l'expert s’installe devant la borne de son administration, son buste apparaît grandeur nature face à son interlocuteur, comme si ce dernier se trouvait à un guichet. "Grâce au logiciel e-Conf qui autorise une bonne compression des flux d’images, nous offrons une qualité d’image impeccable", lance Michel Chany, le directeur délégué aux collectivités locales. L’opérateur signale par ailleurs qu’il n’est pas nécessaire d'être féru d'informatique pour utiliser le PVP.
 
Conçu par les laboratoires de France Télécom R&D, ce dispositif comprend 60 PVP utilisateurs et 30 bornes experts (installées dans chacune des administrations sélectionnées). Chaque terminal utilisateur peut être connecté au maximum à six services. Dans le cas de l'Auvergne, la borne de visiophonie est reliée à l’Agence Nationale Pour l’Emploi, à la Caisse d’allocations familiales et à la Mutuelle sociale agricole. L’utilisateur n’a qu’à presser un bouton pour être mis en relation avec celui de son choix.
 
Côté réseau, les PVP profitent tous d’une connexion en ADSL. "Cela suffit pour de la visiophonie en temps réel. Les collectivités n’ont pas besoin de prendre des liens symétriques DSL, plus coûteux", affirme Michel Chany.
 
Une première expérimentation avait eu lieu dans une commune de Emblavez (Haute-Loire), laissera place sous peu, après huit mois de mise en service, à un large déploiement dans toute la région Auvergne.
 
France Télécom prévoit d’autres fonctions pour ses PVP, telle que l’installation d’un lecteur de cartes à puce, qui pourra éventuellement servir à régler des prestations ou des cotisations. Les PVP représentent la première réalisation commerciale du plan 3X10 mis en place par l’opérateur pour les collectivités locales. Ce plan prévoit dix services innovants dans chacun des trois domaines suivants : la gestion interne de la collectivité, le développement économique et le développement des services aux citoyens.
 
(Atelier groupe BNP Paribas -21/04/2006 )

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas