Quand l'avatar évalue la pénibilité du travail des ouvriers spécialisés

Par 20 mai 2010

Afin d'améliorer la sécurité et de réduire la pénibilité du travail sur les lignes d'assemblage, Ford a recours à Santos. Cet ouvrier virtuel permet d'évaluer l'impact à long terme des processus mis en place.

Avant d'entreprendre la construction d'usines et de nouvelles lignes d'assemblages, Ford fait évaluer celle-ci par un avatar baptisé Santos. Ce, afin d'assurer le confort des ouvriers et d'éviter les mouvements pouvant avoir un impact à long terme sur leur santé. L'ouvrier virtuel est équipé d'un système musculaire biomécanique permettant de simuler et de fournir des retours aux chercheurs sur la fatigue, la vitesse, la force et les mouvements de torsion induits par une journée de travail sur une ligne de fabrication. Cela permet également aux chercheurs d'apprécier sa qualité en terme d'ergonomie et de sécurité. "Santos répond à toutes les lois de la physique, il ne se contente pas de simuler un mouvement" indique Tim Marler, un des chercheurs ayant contribué à élaborer l'avatar.
Repérer les mouvements douloureux
"Il enregistre l'effort physique à fournir pour atteindre et soulever un objet". Et d'ajouter "En plus d'effectuer des taches de manière autonome - celui-ci peut parler et répondre à des questions". Sur une tache donnée, il peut par exemple indiquer si l'ouvrier éprouve un mal de dos et sur quelle période ces derniers persisteront, même à une échelle de plusieurs mois ou de plusieurs années. "Notre logiciel utilise une plateforme physique où nous pouvons changer des actions et voir leurs effets", explique un autre chercheur. Ces "dynamiques prédictives" comme il les nomme, s'appuient sur les règles de mouvements du corps humain combiné à des modèles mathématiques complexe.
Trouver la manière optimale d'accomplir une tâche
Et c'est leur combinaison qui permet à l'avatar de fournir au chercheur divers renseignements sur le ressenti des ouvriers, même en changeant les paramètres de l'environnement virtuel. En adaptant ces derniers, il est possible de trouver la manière optimale d'accomplir une tâche. Créé par l'université de l'Iowa, cet avatar fut employé à l'origine par le département américain de la Défense pour trouver des solutions à la tension physique des soldats.Pour Ford, Santos répond à des besoins identiques que ceux du domaine militaire "En analysant les limites humaines dans l'accomplissement de certains mouvements, l'avatar contribue à améliorer l'efficacité des processus aussi bien que la sécurité et la qualité", conclut un responsable de Ford.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas