L'avenir de l'entreprise ne passe pas par le télétravail

Par 18 mars 2008
Mots-clés : Digital Working, Europe

Travailler en dehors des murs de l'entreprise est de plus en plus accessible grâce aux NTIC. Un système qui n'est pas forcément un bien pour les employés, ni pour l'employeur.

Les technologies sont prêtes pour le travail nomade : portables, réseaux sécurisés, logiciels collaboratifs, outils de présentiel, etc. En outre, chez les employés, travailler à la maison réduit le stress lié à l'activité, et leur donne plus de temps avec leur famille. Les prémisses de l'entreprise 2.0 ? Pas tout à fait. Le travail à distance provoque aussi des inquiétudes quant aux perspectives de carrière. C'est ce que révèle une étude menée par la Durham Business School. Les travailleurs craignent en effet de passer à côté d'opportunités d'avancement en se trouvant éloignés des points de décision de l'entreprise et en faisant oublier leur visage auprès des dirigeants. " Il est intéressant d'aborder les résultats de cette étude sous l'angle des rites et rituels," explique à L'Atelier Claude Riveline, Professeur de Gestion à l'école de Mines de Paris. "On a tendance à croire naïvement que les relations entre les gens au travail se limitent à un rapport travail contre argent. Or c'est beaucoup plus complexe que ça."
L'écran dissimule le travailleur
La relation sociale dépend en effet d'une multitude de détails, comportements, et interactions qui s'établissent sur le lieu de travail. Des critères qui disparaissent avec la distance et qui font s'effondrer tout un pan de la relation. " Avec le télétravail, on n'a plus de visage. L'individu est réduit à son seul résultat," rappelle Claude Riveline. D'où cette crainte des employés d'être oubliés, et de rater les occasions de discuter de manière informelle de leur évolution au sein de l'entreprise. Une peur qui selon le spécialiste de la gestion des organisations, n'est qu'un des symptômes causés par ce nouveau type d'organisation du travail. Les individus se résument à leurs compétences, et ne connaissent plus de manifestation d'estime.
Des rituels sociaux en perdition
Tout un tas de rituels qui régissent l'entreprise manquent aux actifs nomades : la machine à café, se serrer la main, la cantine, la place de parking… Et Claude Riveline d'ajouter : "c'est une profonde bêtise de penser que le télétravail est l'avenir de l'entreprise. Bien sûr c'est une méthode de gestion de l'entreprise et d'organisation qui peut s'appliquer dans certains cas. Mais je maintiens l'idée que sentiment d'équipe et de voisinage sont incontournables pour le travail en entreprise." Quant aux employeurs, ils s'inquiètent de l'engagement dans l'entreprise des employés qui exercent chez eux. Cependant, les résultats montrent qu'il n'y a pas de différence à ce niveau entre un employé qui travaille à la maison et son homologue au sein de l'entreprise. A la question " Les problèmes de mon entreprise sont mes problèmes", respectivement 69% et 67% de ces deux catégories répondent "oui".

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas