Le leader Cisco ne fait pas peur à Bay Networks. Depuis l'arrivée à la

Par 20 août 1997
Mots-clés : Smart city

tête de Bay Networks de David House, ex numéro deux chez Intel, il y a moins d'un an, ses dirigeants ne craignent plus d'afficher leurs ambitions sur le marché des équipements de réseaux informatiqu...

tête de Bay Networks de David House, ex numéro deux chez Intel, il y a
moins d'un an, ses dirigeants ne craignent plus d'afficher leurs ambitions
sur le marché des équipements de réseaux informatiques : ils veulent tout
simplement doubler 3COM et contrer le numéro un mondial du secteur Cisco.
Depuis la mise en place d'une nouvelle organisation, la société est
divisée en deux grandes divisions opérationnelles : entreprises d'une
part, Internet et opérateurs de télécommunications d'autre part. Les
divisions R & D (10 % du chiffre d'affaires), fabrication, commercial et
services encadrent ces deux entités. Cette structure permet ainsi
d'effacer le management et le marketing, les deux points faibles décelés
par David House à son arrivée. La montée en puissance du réseau Internet
conduit à l'acceptation du standard IP (Internet Protocol) par un nombre
croissant d'acteurs. En conséquence, une surchage supplémentaire est
imposée aux routeurs par l'augmentation du trafic, le nombre croissant de
sites Web, les Intranets, la nature des informations. Tout en estimant le
marché des réseaux actuellement à 20 milliards de dollars environ au
niveau mondial, Thibaut Bechetoille, directeur général de Bay Networks,
rappelle "après la coexistence entre différents protocoles, Novell, Apple,
Digital, IBM, IP, la bataille est terminée et gagnée par le protocole IP,
d'où l'idée de simplifier les réseaux en se basant sur ce seul et unique
protocole". Tout ceci doit permettre à la société d'augmenter sa
croissance et ses gains en parts de marché. Alors qu'au 30 juin, date de
clôture de son exercice 1997, le groupe terminait avec un chiffre
d'affaires de 2,09 milliards de dollars pour une perte de 118 millions de
dollars (provision de 148,5 millions de dollars liée aux acquisitions
incluse), les analystes tablent sur un chiffre d'affaires pour l'exercice
en cours entre 2,5 et 2,6 milliards de dollars.
(La Tribune - 20/08/1997)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas