L'efficacité des médecins dopée par les tablettes ?

Par 14 mars 2012
Médecins utilisant une tablette tactile

Pouvoir transmettre directement sur sa tablette les informations collectées lors de la visite d'un patient au sein d'un hôpital améliorerait l'efficacité des professionnels du secteur. Le rapport au malade en bénéficierait aussi.

L'utilisation de technologies dans le secteur médical augmenterait l'efficacité du travail des médecins, estime une étude de l'université de médecine de Chicago qui, depuis novembre 2010, a mis à disposition de chacun de ses 115 internes une tablette iPad. Interrogés en 2011 sur leurs pratiques, trois internes sur quatre révèlent que l'outil leur a permis de terminer leurs tâches plus rapidement et leur a même libéré du temps pour être en contact plus direct avec le patient. L'étude s'est déroulée en deux parties : un sondage auprès des internes en 2011 et une comparaison avec les données collectées par l'hôpital dans la prise en charge des patients sur les mois de janvier, février et mars 2010.

Une intégration bénéfique

Le sondage montre que 90% des internes ont utilisé quotidiennement leurs tablettes dans leur travail, 78% ont ressenti que l'outil les a rendu plus efficaces et 68% déclarent qu'il a permis de réduire les retards dans le processus de soin. La comparaison avec les informations effectives prouve les résultats de l'enquête. Lors de l'introduction des tablettes, les internes ont réalisé 5% de prise en charge de patient en plus qu'en 2010 avant 7h. Ils ont également transmis 8% de dossiers supplémentaires à d'autres services avant de quitter l'hôpital vers 13h, respectant leur temps de travail. L'iPad est un outil compatible avec le devoir du médecin de conserver le secret médical, note le rapport.

Une adoption encore trop parcellaire

Chaque interne possède en effet une tablette protégée par un mot de passe. Il peut également avoir accès au réseau sans fil de l'hôpital, mais surtout il dispose d'un bon nombre d'applications tels que les accès au journal médical et au système informatique principal. Il favorise ainsi la transmission d'informations entre les différents services. Cette expérience, si elle a été concluante, reste cependant une exception dans le pays : L'Atelier évoquait ainsi récemment une étude du PwC Health Research Institute, qui soulignait que les professionnels du secteur reconnaissent les bienfaits des solutions informatiques et technologiques existantes. Mais qu'ils sont encore peu nombreux à véritablement les utiliser.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas