"Le législateur n’a aucun moyen de tracer les flux qui passent dans les réseaux"

Par 12 août 2014 1 commentaire
Fibre Optique

Le service de VOD Netflix prépare son arrivée en France avec beaucoup d’ambition, comme le laisse penser la quantité de débit d’ores et déjà achetée aux principaux noeuds d’échange internet.

Entretien avec Franck Simon, directeur général de France IX, à propos de l’installation de Netflix en France qui a choisi de se connecter au réseau français via un point d’échange internet de l’entreprise.

L’Atelier : Pourriez-vous revenir tout d’abord sur le maillage de l’internet en France et ses spécificités par rapport à l’étranger.

Franck Simon : Les États-Unis sont organisés en une fédération d’états indépendants, si bien que chacun d’eux a ses propres réseaux. Mais si là-bas beaucoup de points d’échanges ont été créés sans réelles connexions entre eux, en Europe, c’est le réseau de la recherche qui est à l’origine des premiers installés il y a une vingtaine d’années. Du coup, comme dans tous les pays d’Europe, le réseau en France est un peu mieux structuré qu’aux Etats-Unis. Dans le cas d’un abonné à un opérateur traditionnel, sa box est reliée à un concentrateur ADSL au niveau de la commune. Puis les villes entre elles sont interconnectées par des équipements régionaux jusqu’à Paris, qui est le lieu de passage vers l’international. Mais tout cela suppose que l’opérateur soit lui-même connecté à un point d’échange internet, et pour cela, un accord de peering (gratuit) entre partenaires est nécessaire pour fluidifier le trafic entre les acteurs télécoms, et au final les abonnés. Et ça, c’est le rôle des points d’échange internet qui permettent ainsi d’optimiser le chemin à prendre pour une requête internet et améliore la rapidité d’accès pour l’utilisateur final.

Sachant qu’un tiers du trafic américain, en heure de pointe, est capté par Netflix, comment son arrivée en France peut-elle affecter le réseau internet ?

Comme tous les fournisseurs de contenu, Netflix s’adresse à des particuliers en poussant du trafic de façon fortement asymétrique. L’entreprise va donc se connecter à des points d’échanges internet pour minimiser le nombre de ses interconnexions. L’achat par Netflix de 1 Tera/s (un térabit par seconde) sur bande passante est supérieur au trafic utilisé par Dailymotion et proche de celui d’un Youtube en France. Si Netflix s’appuie sur France IX pour récupérer un dixième de ce débit (soit 100 Giga/s), le reste du trafic se fera en peering privé. En effet, les plus grands acteurs des télécoms, au lieu de se rapprocher d’un maximum d’acteurs à travers un seul point d’échange, préfèrent limiter le nombre de partenaires, avec lesquels ils s’interconnectent en privé. Pour le reste du réseau internet, ils utilisent du transit, un chemin plus lent pour rejoindre ceux avec qui aucun accord de peering n’a été passé.

Dans le rapport Lescure sur la remise en cause de la neutralité du net pour défendre l’exception culturelle, il est dit qu’on pourrait « obliger les opérateurs à vendre du trafic prioritaire aux services de VOD français ». Comment percevez vous le rôle du législateur dans votre métier ?

Les techniques de priorisation de flux existent depuis longtemps, par exemple pour les services "premium" d’accès à la vidéo. Quand les opérateurs font de la priorisation de flux, ils privilégient un flux TV par rapport au flux internet de façon transparente pour l’utilisateur. C’est donc une stratégie opérateur. Pareillement dans le B2B, les entreprises peuvent demander des canaux "premium", avec des qualités différentes et des tuyaux logiques séparés. Concernant le pouvoir qu’a le législateur sur le réseau internet, il y a deux possibilités. Soit le législateur traite avec les opérateurs un à un, mais ce sera difficile pour lui de vérifier que le travail de priorisation des flux de services de VOD français est fait. Soit le législateur tente de regarder les types de flux passant par les points d’échanges. Mais ceux-ci n’ont pas à traiter le contenu qui sort et rentre dans leur infrastructure car, et c’est le cas chez France IX, ils ne traitent pas les adresses IP individuelles. Le législateur ne peut donc techniquement pas forcer les points d’échange à intervenir ni à pénaliser certains flux au niveau des adresses IP. Dans les débats autour des droits d’auteur par exemple, seul l’opérateur peut savoir qu’une adresse IP a récupéré un contenu protégé.

Haut de page

1 Commentaire

Entretien très intéressant. Cela m'amène à une question liée au débat sur la neutralité du net. je comprends de cet entretien qu'un service gourmand comme Netflix contribue déjà à la construction des réseaux via ses accords de peering/transit qui sont gratuits lorsque les contreparties sont équilibrées , payant sinon. Correct ? Mais il ne contribue pas aux réseaux des FAI. toujours correct ?

Soumis par Nicol (non vérifié) - le 12 août 2014 à 13h49

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas