L'engouement pour la géolocalisation ne va pas sans inquiétudes

Par 15 juillet 2010
Mots-clés : Smart city

Les utilisateurs, même si friands de solutions de localisation mobile, s'annoncent préoccupés par une utilisation frauduleuse de leurs données et une perte de confidentialité.

Malgré la popularité des solutions de localisation mobile, un grand nombre de ceux qui les utilisent redoutent des problèmes de sécurité et de confidentialité, constate une étude de Webroot*. Dans le détail, ce sont 55 % des individus y ayant recours interrogés qui annoncent redouter une perte de confidentialité, quand près de la moitié s'estime préoccupée de révéler son absence à son domicile à des cambrioleurs. D'autant que près d'un tiers avoue partager sa position avec des inconnus. Un constat confirmé par Matthieu Hentzien, responsable en sécurité informatique pour HSC. "Au-delà du jeu que peut représenter cet outil, il peut être question de dérives malveillantes telles que la surveillance". Concrètement, l'étude préconise une prise de conscience chez les utilisateurs quant au pouvoir de partage d'information que détiennent les appareils mobiles.
Prendre conscience du pouvoir de diffusion des systèmes
Un avis que rejoint le consultant : "les utilisateurs mobiles doivent penser à désactiver le GPS de ces outils pour éviter de rendre publics leurs déplacements". L'étude appelle également à plus de vigilance concernant les informations que l'on souhaite dévoiler. Et ce, même quand des paramètres de confidentialité rassurent quant à l'idée d'un accès privé. "Techniquement, si des 'amis' peuvent suivre vos informations sur Internet, d'autres personnes peuvent le faire aussi", insiste Mathieu Hertzien. Effectuer des mises à jour régulières de ces paramètres peut permettre d'en restreindre l'accès mais ne représente pas une certitude. "Dès le moment où une donnée confidentielle est mis sur la Toile, elle ne l'est plus ! Et ce, même si des textes légaux stipulent le contraire", souligne le consultant.
Des données ouvertes et peu contrôlables
Selon l'étude, l'engouement pour ces nouvelles applications a eu tendance à faire oublier aux internautes le nombre d'informations privées laissées sur la Toile simplement en signalant sa position. Or, note Webroot, le nombre de personnes concernées par la cybercriminalité augmente. Prés d'un quart des personnes interrogées lors de l'enquête ont ainsi été victimes d'une tentative de piratage de leur mot de passe en ligne. Et une personne sur six a déjà signalé une infection criminelle de ses données sur les réseaux sociaux au cours de l'année 2009. A noter que l'étude est proposée par un fournisseur de solutions de sécurité pour les consommateurs et les entreprises.
* Société spécialisée en solutions de sécurité

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas