Lenovo dit adieu au contrat pour équiper l'administration US

Par 31 mai 2006

Le contrat pour équiper l'administration américaine passera bel et bien sous le nez de Lenovo. Le département d'État vient de confirmer son refus de confier ce marché à un fabricant...

Le contrat pour équiper l'administration américaine passera bel et bien sous le nez de Lenovo. Le département d'État vient de confirmer son refus de confier ce marché à un fabricant chinois. Raison invoquée : confier des ordinateurs qui gèrent des données confidentielles à des machines chinoises fait peur au gouvernement américain.
 
Début mars, le fabricant de PC chinois, qui s'est imposé à la première place du classement mondial en rachetant la division ordinateur personnel d'IBM, avait emporté un appel d'offres du gouvernement pour équiper son administration de 60.000 ordinateurs, soit un budget de 13 millions de dollars.
 
Mais, le gouvernement américain fait machine arrière pour raison de "sécurité nationale". Une commission du Congrès sur les relations avec la Chine s'est en effet inquiétée des risques posés par une partie de la commande, rappelant que Lenovo est détenu à 27 % par l'Académie de sciences, qui appartient au gouvernement chinois. 
 
Le gouvernement chinois a fermement condamné cette décision qu'il juge contraire aux "principes d'une concurrence équitable et d'un commerce libre". Dans un communiqué publié sur le site du ministère du Commerce, le porte-parole Chong Quan dénonce "une mentalité de guerre froide" et "une politique discriminatoire".
 
Difficile, en effet, de justifier cette décision, alors que les ordinateurs en question sont fabriqués dans les anciennes usines d'IBM en Caroline du Nord et au Mexique. Lenovo affirme qu'ils "ne présentent aucun risque pour la sécurité des Etats-Unis".
 
Reste que les Etats-Unis pourraient, à terme, se mordre les doigts de cette rupture de contrat. James Mulvenon, expert au Center for Intelligence and Analysis, estime qu' "il est probable que les Chinois prennent des mesures de rétorsion contre HP ou Dell." La crise commerciale ne fait que commencer...
 

 
(Atelier groupe BNP Paribas - 31/05/2006)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas