L'envoi de SMS d'urgence à l'épreuve du feu

Par 17 août 2007
Mots-clés : Amérique du Nord

L'université de Purdue expérimentera en septembre la fiabilité de l'envoi de messages textes d'urgence. Ce test pourrait déboucher sur une collaboration avec les fournisseurs de services pour les aider à améliorer leurs offres.

L'université de Purdue expérimentera en septembre la fiabilité de l'envoi de messages textes d'urgence. Ce test pourrait déboucher sur une collaboration avec les fournisseurs de services pour les aider à améliorer leurs offres.

(cliquez pour agrandir)
 Des chercheurs de l'université de Purdue dans l'Indiana annoncent le lancement pour septembre d'un test grandeur nature de l'envoi de SMS d'urgences. Les scientifiques enverront des messages textes à un grand nombre d'étudiants présents sur le campus dans le but de déterminer la rapidité de l'envoi et sa fiabilité. "Il existe déjà environ cinquante compagnies qui proposent ce type de services d'urgence. Mais, à notre connaissance, aucune recherche n'a encore été menée sur le sujet à ce jour pour valider ces nouvelles possibilités", annonce Scott Ksander, directeur exécutif des réseaux de technologies de l'information et de sécurité à Purdue. A terme, cette expérimentation devrait permettre d'améliorer les services actuellement proposés. "Purdue pourra travailler avec chaque fournisseur de services pour améliorer la vitesse d'envoi de messages d'urgence mais aussi pour aider ceux qui ne disposent pas encore de ce type de systèmes à choisir celui qui leur correspond le plus. Ces services peuvent en effet coûter très cher – certains reviennent à plus de 300 000 dollars l'année", ajoute le chercheur.
 Des systèmes d'urgence nombreux mais pas tous fiables
L'université profitera de son expertise technique mais aussi du grand nombre d'étudiants et d'employés présents sur le campus – près de 50 000 personnes – pour observer l'efficacité de ces systèmes. C'est d'ailleurs pour sa taille et sa renommée que l'université avait été sollicitée par plusieurs sociétés de services mobiles lui proposant des offres d'envoi de messages textes d'urgence en grand nombre. Selon certains, il était possible d'acheminer jusqu'à 18 000 messages par minute. Des promesses dont les chercheurs se sont méfiés. Le record atteint jusqu'à présent est en effet de 200 à 300 messages par minute.
Purdue enrichit ses dispositifs d'alerte
La mise en place de cette phase de test devrait être complexe. Elle dépendra en effet de plusieurs variables, comme les différents types de téléphones, la disponibilité du signal, la couverture réseau et le volume exact du trafic de données. Mais l'expérience devrait être facilitée par la bonne volonté des étudiants de première année. Près de 90 % d'entre eux se sont en effet enregistrés sur le site dédié mis en place par l'université. Le campus testera en même temps les autres moyens d'alerte dont il dispose - comme une alarme - ou qu'il pourrait acquérir. "Prochainement, les informations d'urgence seront également disponibles sur la page d'accueil de l'université et sur Facebook. Nous enverrons aussi des emails à tous les membres du campus. Mais, même dans le meilleur des cas, ce système met au moins trente minutes à envoyer les courriers", conclut Ronnie Wright, directeur du pôle urgence de Purdue. Enfin, cette expérimentation pourrait servir aux entreprises pour l'envoi d'informations urgentes – ou non – sur des sites entiers.
(Atelier groupe BNP Paribas – 17/08/2007)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas