L'espace a ses trous noirs, Internet aussi

Par 09 avril 2008

En dehors des problèmes techniques des routeurs et des serveurs, le web comprend des zones où l'information - demande d'accès à un site web, courriels - disparaît. Il existe maintenant un moyen de surveiller là ou s'annihilent les données.

Le télescope Hubble est capable de mettre en image des trous noirs en action dans des galaxies lointaines. Le système Hubble, de l'université de Washington à Seattle, se propose lui de suivre les trous noirs d'Internet. Ces lieux où les données ne sont plus transmises et s'évaporent sont en effet une réalité. Les universitaires ont envoyé des messages tout autour du globe pour distinguer les ordinateurs qui pouvaient être atteints d'une partie mais pas de tous les points d'accès Internet. Pour les chercheurs, un problème n'est considéré comme tel que si un ordinateur n'est pas joignable à un temps T.
7% des ordinateurs concernés
Il l'est uniquement à partir du moment où la communication n'est pas possible durant deux tentatives séparées de quinze minutes d'accès à la ressource. En suivant ce protocole, il est apparu que 7% des calculateurs dans le monde connaissaient des problèmes au moins une fois toutes les trois semaines. Pour que les opérateurs télécoms ou de réseaux puissent agir, les chercheurs ont donc mis en place la carte Hubble. Basée sur Google Map, celle-ci fait apparaître les trous noirs via des drapeaux, et via des listes d'adresses numériques des ordinateurs affectés. En cliquant sur le fanion, on peut ainsi connaître les lieux d'où il est possible – et d'où il est impossible - de joindre les machines en question.
Les opérateurs n'ont pas de données sur le sujet
Au moment où nous écrivons l'article, il est possible de voir que rue Le Brun, dans le XIIIème arrondissement de Paris, il existe un de ces "Black Holes", dont le préfixe est 212.44.224.0/21. Ce groupe d'ordinateur parisien n'est pas accessible de Russie ou du Japon mais l'est d'Espagne. "Vous pourriez penser que les opérateurs de réseaux ou les fournisseurs d'accès disposent de meilleures données", affirme Ethan Katz-Bassett, membre de l'équipe de chercheur à l'origine d'Hubble. "Ce n'est pas le cas. Leur approche principale est d'envoyer un courriel à une liste de diffusion et de dire "Salut, pouvez-vous essayer cela et voir si vous avez un problème"".
La localisation d'un trou noir parisien

Les acces possibles au serveurs du XIIIème

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas