L'étape suivante du m-paiement ? Son intégration par les PME

Par 15 juin 2011
Mots-clés : Smart city, Afrique
Paiement par mobile

Au Kenya, la multiplication des portefeuilles mobiles n'est pas la seule clé de leur succès : ils doivent trouver leur place au sein des modèles de paiement adoptés par les entreprises.

Le succès du paiement par mobile en Afrique, et au Kenya particulièrement, aboutit notamment à une multitude d'offres proposées par les opérateurs : M-Pesa, Airtel Money, Orange Money, YuCash... Une aubaine pour les entreprises, si elles parviennent à les intégrer efficacement. Pour les y aider, Kopo Kopo  a mis au point une plate-forme qui permet aux PME de valider des paiements en provenance de tout portefeuille mobile puis qui les organise et les traite dans le système de gestion de l'information de l'entreprise. "Nous sommes des intermédiaires, mais nous ne touchons jamais l'argent, nous transmettons seulement les données", explique Benjamin Lyon, vice-président du Business Development à L'Atelier. En fait, Kopo Kopo s'est rapproché des opérateurs, dont il gère la validation des transactions. Pour les clients, tout se passe alors sur une plate-forme unique, hébergée dans les nuages. Cela, contre un abonnement compris entre 100 et 400 dollars par mois.

Intégrer les différentes solutions de paiement

Selon Benjamin Lyon, le système vise à permettre aux entreprises de s'ouvrir à toutes les formes de paiement sans contraintes. "Se rapprocher des opérateurs n'est en effet pas si simple", explique le co-fondateur. "Le capital financier nécessaire pour réaliser une intégration avec un système de paiement mobile peut être prohibitif". Côté opérateurs,
l'entrepreneur souligne le fait que si un système comme M-Pesa est extrêmement populaire pour le paiement de personne à personne, il ne l'est pas encore autant en ce qui concerne les transactions d'un particulier vers une entreprise. "Ces acteurs ont besoin d'un facilitateur pour encourager les entreprises à les utiliser". Autre difficulté rencontrée
par ces PME : le temps de validation des transactions, qui peut être un problème pour celles qui n'ont pas beaucoup de marges.

Accélérer le processus

"Lors d'un paiement par mobile, il faut télécharger la transaction, vérifier, puis la charger vers son système de gestion", explique ainsi Kariuki Gathitu, le fondateur de Zege Technologies. L'entreprise propose ainsi M-Payer, une plate-forme intermédiaire qui automatise tous ces processus. Cela afin d'accélérer les opérations. Là encore, la plate-forme, en cloud, est accessible en mode SaaS. Une somme est prélevée pour chaque transaction. Selon les responsables de Zege Technologies, M-Payer vise aussi à permettre aux commerçants de disposer d'un plafond quotidien de transactions plus élevé que lorsqu'ils passent directement par l'opérateur. Les deux start-up étaient présentées à l'occasion de Pivot25, qui se tient actuellement à Nairobi.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas