L'Europe commence à rattraper son retard.

Par 10 septembre 1999

Selon une nouvelle étude de la société Andersen Consulting réalisée en mai dernier auprès de 350 dirigeants d'entreprise dans 11 pays européens, publiée hier, le chiffre d'affaires généré par le com...

Selon une nouvelle étude de la société Andersen Consulting réalisée en mai
dernier auprès de 350 dirigeants d'entreprise dans 11 pays européens,
publiée hier, le chiffre d'affaires généré par le commerce électronique en
Europe devrait représenter, d'ici à 2003, 60 % de celui des Etats-Unis,
contre 25 % environ aujourd'hui.
Pour 64 % des dirigeants d'entreprise européens interrogés, le commerce
électronique leur apporte un réel avantage concurrentiel sur leur marché.
Ils sont de plus en plus nombreux à vouloir utiliser cette technologie
dans l'avenir.
Alors qu'ils se montraient majoritairement attentistes il y a encore un
an, 90 % des chefs d'entreprise affirment aujourd'hui qu'ils utiliseront
le commerce électronique pour leurs ventes.
La vente en ligne devrait représenter en 1999 un chiffre d'affaires global
de 111 milliards de dollars (105 milliards d'euros), soit une progression
de 120 % par rapport à 1998. L'Europe devrait générer 18,9 milliards de
dollars (17,9 milliards d'euros), représentant 20 % de ce total, soit
trois plus qu'en 1998.
Selon l'étude d'Andersen, le chiffre d'affaires européen du commerce
électronique devrait, d'ici à 2003, atteindre à lui seul 430 milliards de
dollars et le nombre d'internautes s'élever à 170 millions, chiffre
comparable aux projections faites pour les Etats-Unis.
(Christine Weissrock - 10/09/1999)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas