L'Europe se dote d'un puissant outil contre la cybercriminalité

Par 06 septembre 2007
Mots-clés : Smart city, Europe

Un nouveau système de conservation des preuves informatisées devrait bientôt équiper les agences de sécurité européennes. Haute protection en écriture et puissantes capacités de copie sont au programme de cette innovation communautaire...

Un nouveau système de conservation des preuves informatisées devrait bientôt équiper les agences de sécurité européennes. Haute protection en écriture et puissantes capacités de copie sont au programme de cette innovation communautaire. 
 
L'Europe s'arme d'une nouvelle plate-forme informatique pour mieux lutter contre la cybercriminalité. Ce système, développé dans le cadre du projet Eureka E! 3664 IT Forensic, aura pour rôle d'assurer efficacement et de façon totalement sécurisée la copie et la conservation de preuves dans le cadre d'affaires criminelles. Des affaires impliquant notamment des informations numérisées. Les agences de sécurité de même que les services de police communautaires pourront désormais s'appuyer sur un outil rapide et puissant pour protéger leurs précieuses pièces à conviction.
 
Interdire la falsification de preuves
 
Le lancement de ce projet est parti de l'idée de développer un système informatisé capable de lire l'ensemble des technologies de mémoires existantes et d'en restituer le contenu dans une image miroir. Ce, avec la lourde contrainte que l'ensemble du procédé soit protégé en écriture, interdisant toute possibilité de falsification des données recueillies. Cette solution se devait enfin d'être déclinée dans une version hardware, les techniques de protection en écriture via logiciels n'étant pas reconnues par la justice allemande notamment.          
 
Une puissante solution de copie
 
Et les capacités de copie et d'analyse de ce système dernier cri d'être à la hauteur de l'enjeu de la lutte contre la fraude sur Internet ou encore la pédophilie. "La coopération au sein de ce projet signé Eureka a réuni de nouveaux partenaires qui ont permis de développer de nouveaux outils. Nous sommes désormais capables de copier 10 gigabits de pièces à conviction de façon sécurisée en seulement cinq minutes quand nous ne pouvions jusqu'à maintenant le faire qu'en 30 à 60 minutes avec d'autres équipements", a expliqué Martin Hermann directeur du MH-services, entité allemande à l'initiative du projet.
 
(Atelier groupe BNP Paribas - 06/09/2007)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas