L'eye tracking fait des lunettes des manettes de navigation

Par 03 juin 2009
Mots-clés : Smart city

Le Fraunhofer intègre un outil de suivi du mouvement des yeux à des lunettes de réalité virtuelle. Le but est de permettre à l'oeil de contrôler un écran à distance.

Afin de rendre l'utilisation des lunettes de réalité virtuelle plus interactives, le Fraunhofer Institute for Photonic Microsystems IPMS de Dresde a intégré un système d'eye tracking. Celui-ci vise à faire de l'œil un outil de navigation : l'utilisateur peut influer le contenu présenté, en bougeant ses yeux ou en fixant certains points dans l'image. Ce, sans avoir à utiliser aucun autre outil pour entrer les instructions. Selon ses concepteurs, les lunettes de données ne permettaient jusqu'à présent à son utilisateur que d'afficher et de visualiser des informations de réalité augmentée. "Nous voulons rendre les lunettes bidirectionnelles et interactives pour que de nouvelles aires d'applications soient ouvertes", explique Michael Scholles, responsable de l'unité.
De nombreuses applications métiers
L'institut voit dans cet outil un moyen de faciliter et d'optimiser les tâches dans de nombreux secteurs, comme l'industrie et la médecine. Notamment pour les activités durant lesquelles l'utilisateur n'a pas de main libre pour opérer via une souris ou un clavier. Par exemple, on peut imaginer un chirurgien avoir recours aux lunettes pour visualiser les radiographies d'un patient, un ingénieur du bâtiment afficher les dessins de construction de son projet ou encore des techniciens obtenir par ce biais des instructions d'installation.
Des images virtuellement distantes
Pour réaliser leur prototype, les chercheurs ont intégré derrière la charnière de l'objet une puce CMOS mesurant 19,3 par 17 millimètres. L'image est projetée sur le micro écran du verre de lunette puis dans la rétine. Elle est conçue de manière à ce que l'utilisateur la perçoive comme si elle était placée à un mètre de distance. Une autre des difficultés que l'équipe a dû surmonter est le changement de contrastes de lumière en arrière-plan. Pour cette raison, les chercheurs ont utilisé des OLED pour produire une luminosité particulièrement haute.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas