L'habitat écolo dépend de la high-tech

Par 29 avril 2008 3 commentaires
Mots-clés : Digital Working

La maison verte embarque de plus en plus de nouvelles technologies : à la fois dans sa conception et dans son fonctionnement. Surtout quand le MIT est sur le pont.

Les nouvelles technologies sont peu à peu intégrées aux habitations et participent à leur processus de fabrication. Il s'agit désormais de combiner écologie et technologie. C'est le projet de l'OPI (Open Prototype Initiative), qui a élaboré le système Open-Built (*) : un programme de construction immobilière économique, vert et faisant usage des nouvelles technologies. Le nouveau prototype de la maison OPI, baptisé "Unity House", est destiné au président de Unity College, et est installé sur le campus de ce lycée spécialisé dans les problématiques environnementales. Ses points forts : murs et fenêtres isolés, éclairage basse tension, systèmes d'aération permettant un renouvellement de l'air sans perte de chaleur et pistage des dépenses d'énergie. Le prototype de la maison OPI est adaptable : les murs sont modifiables, de même que les systèmes électroniques, afin de remplacer facilement les technologies utilisées. Le tout dans le but de s'adapter aux besoins des habitants.
Open Built et le concept de maison passive
L'idée d'Open Built étant que le mode de construction soit ouvert à tous, et que chaque constructeur puisse s'en inspirer. On ne peut que penser que cette appellation fait référence au concept d'open source cher au monde informatique : il s'agit ici aussi en quelques sorte de spécifications ouvertes à tous et modifiables. Enfin, pour continuer dans le monde high tech, le sigle OPI n'est pas non plus sans rappeler API ou interfaces de programmation typiques du web 2.0. Quoi qu'il en soit, le système Open Build fait que plus d'acteurs y sont impliqués, plus les frais sont réduits. Les maisons sont préfabriquées, la production est divisée selon les services, puis les éléments constituant la maison sont assemblés sur place. L'OPI veut ainsi bâtir des habitations "zéro-énergie", ou "passives".
Simulation de dépenses énergétiques
"Pour comparaison, le parc français moyen dépense 220 kw/h au mètre carré", explique Yvan Saint-Jours, rédacteur en chef du magazine La maison écologique. "Le concept de maison passive permet de réduire cette consommation à 15 kw/h au mètre carré. Ce grâce aux innovations à la fois en termes de matériaux mais aussi de réduction de consommation". Il poursuit en expliquant qu'une maison va dépenser 2,5 fois plus d'énergie au cours de "sa vie" qu'il n'en a été dépensé pour la construire. Il s'agit donc d'être vigilant sur ces deux plans. Et là aussi les nouvelles technologies peuvent aider. "Par exemple, les architectes s'aident beaucoup de logiciels comme Pleiade ou Equerre", indique Yvan Saint-Jours. "Ce sont des simulations dynamiques qui permettent de prévoir la consommation en énergie d'un bâtiment, et d'effectuer les ajustements nécessaires avant la construction".
(*) Mis en place par le MIT House_n Research Consortium, centre spécialisé dans l'intégration des nouvelles technologies à la maison. Autre partenaire du projet, la société Bensonwood Homes, société qui utilise un système de CNC (Computer Numerically Controlled) et qui se sert de logiciels de modélisation 3D pour dessiner les plans de ses bâtiments.

Haut de page

3 Commentaires

Je trouve que c'est une excellente initiative.

Soumis par moktar (non vérifié) - le 29 avril 2008 à 19h35

Attention! Ne pas confondre mètre carré avec kilomètre carré.Nous dépensons en moyenne 220 kw/h par an et par mètre carré.Et l'objectif européen est de pas dépasser 50 kw/h an par mètre carré en moyenne d'ici 2050.Merci pour la précision. L'article est maintenant corrigé !

Soumis par daniel (non vérifié) - le 29 avril 2008 à 21h23

Concluant que l'Atelier s'intéresse à la maison passive! Continuez.A noter, pour l'Europe, le Parlement s'est prononcé en faveur de la norme "maison passive" obligatoire pour le neuf à compter de 2011. Cf in fine: www.maison-passive-nice.fr page Une maison passive ?

Soumis par Billery-Schneider (non vérifié) - le 06 mai 2008 à 16h38

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas