L'habitat intelligent entoure les seniors de ses soins

Par 28 mars 2008
Mots-clés : Smart city

Capteurs et dispositifs de télésurveillance permettent d'assurer une meilleure autonomie aux personnes dépendantes. Ces technologies ouvrent la voie à un nouveau modèle de prise en charge.

A l’heure du vieillissement de la population, la question de l’autonomie des personnes âgées, et plus généralement des personnes dépendantes, est de plus en plus prégnante. En réponse à cet enjeu de société, l’alternative dite de « l’habitat intelligent » semble faire l’unanimité au sein de la communauté médicale. Cette approche vise l’aide au confort de ces populations sensibles à travers le déploiement d’un ensemble de services et de technologies sur le lieu de vie. Un concept dont se prévaut MEDetic, association vouée à la recherche sur l’intégration des TIC à des programmes de santé, et également à l’origine du projet maison Vill’Âge. Ce dernier consiste en la construction d’appartements dotés d’une combinaison d’équipements domotiques d’assistance, de capteurs ainsi que des technologies de communication autorisant la surveillance à distance de l’état de santé des résidents. Un environnement technologique dense au sein duquel les capteurs jouent un rôle central, en termes de sécurité comme pour la remontée d’informations auprès des personnels soignants.
Capteurs et intelligence artificielle
Qu’ils soient pyroélectriques, infrarouges, mécaniques ou encore tactiles, ces dispositifs de détection décortiquent notamment les actions et déplacements entrepris par les résidents - franchissement de porte, présence, fréquence d’utilisation des équipements, etc. La somme d’informations recueillie permet ainsi au système de déceler un comportement ou un événement anormal par intelligence artificielle. C'est-à-dire capable de faire émerger une interprétation pertinente de la situation à partir de plusieurs types de données distincts. L’objectif est bien sûr de déclencher une solution d’assistance adéquate en cas de problème. "On peut imaginer une intervention coordonnée entre les pompiers et les équipes hospitalières", a souligné le docteur Claude Deroussent, président de MEDeTIC, lors de la conférence Télésanté 2008. Les dispositifs de détection et domotiques des maisons Vill’Âge fonctionnent à partir des différents réseaux Internet, Wi-Fi, et plus particulièrement sur la technologie de courant porteur en ligne. Les premières résidences MEDeTIC devraient voir le jour dès cette année.
Développer les services autour de "l’habitat intelligent"
Un autre projet visant à assurer le maintien des personnes dépendantes à leur domicile est actuellement à l’étude au sein de l’équipe de recherche de la formation ISIS (Informatique et Systèmes d’Information pour la Santé). Celui-ci inclut l’implantation d’un réseau de capteurs au domicile d’une personne dans le but de détecter des situations problématiques. Une infrastructure test visant l'étude des interactions entre les acteurs impliqués - médecin, Samu, proches, etc - et les processus envisageables dans le cadre de services à la personne. Le réseau sera notamment couplé à des dispositifs mobiles type « smartphone » qui permettront aux intervenants d’assurer un suivi et de répondre à d’éventuels déclenchements d’alarmes. « Nous nous intéressons à la conception et l’organisation des services qu’il est possible de mettre en place en parallèle d’un dispositif de mesure et de traitement de l’information sur l’activité de la personne », a expliqué à L’Atelier Rémi Bastide, directeur de la recherche au sein d’ISIS.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas