L'homme se retrouve à ses écrits

Par 16 octobre 2008
Mots-clés : Smart city, Europe

Une requête dans un moteur de recherche pourrait bientôt amener des documents, mais aussi le nom d'experts associés aux sujets évoqués dans lesdits documents.

Les outils de recherche sont globalement bons pour retrouver des documents. Pour cela, ils affichent en résultat des documents qui contiennent les mots-clefs inclus dans la requête. Après, il est possible d'affiner ses résultats statistiques en utilisant les techniques sémantiques. Par contre, tout cela n'est d'aucune utilité pour rechercher des personnes. C'est de ce constat que se base Krisztian Balog, chercheur à l'Université d'Amsterdam pour sa thèse "People Search in the Enterprise". Celui-ci n'est pas parti dans une quête abstraite mais a déjà en tête des applications en entreprise : aider un manager à trouver des personnes qui ont travaillé sur un projet particulier.
 
Des trames repérées dans les textes
 
Ou faire en sorte que le département des ressources humaines puisse trouver plus de renseignement sur un postulant. Le doctorant prend appui sur la trace numérique que les personnes ou les organisations (entreprises, partis politiques, associations) laissent, du fait de la présence ce leur nom dans les textes. Le chercheur a eu l'idée de mixer deux techniques, à savoir des "generative language models" et des 'learning algorithms" Le modèle est capable de récupérer les motifs, les trames, les particularités récurrentes que l'on retrouve dans les écrits d'une personne. L'algorithme s'occupe lui de reconnaître la présence du nom d'une personne ou d'une organisation dans des textes.
 
Testé dans des intranets
Le programme développé relie automatiquement l'information contenue dans les textes à la personne. Quand on tape une requête par mot-clef, le moteur est donc à même de ramener dans ses filets le salarié/entreprise/association dont le nom est le plus associé à ce sujet. Cette nouvelle technique a été utilisée dans des intranets comme celui du W3C et celui de l'Organisation fédérale pour la recherche scientifique et industrielle(Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation). À noter que Krisztian Balog faisait partie d'un groupe qui avait déjà réalisé en 2006 un programme capable de suivre et d'analyser les humeurs des bloggeurs.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas