Le libre accès aux revues universitaires profiterait au secteur public

Par 04 mai 2012 Laisser un commentaire
Open Access

En plus de posséder un intérêt culturel certain et également en ce qui concerne l'avancée scientifique, l'Open Access permettrait notamment au secteur public d'économiser du temps et de l'argent.

L'accès libre aux ouvrages et travaux de recherche universitaires ne bénéficieraient pas qu'aux chercheurs et spécialistes du domaine. Selon un rapport tout juste publié par l'Open Access Implementation Group, organisation dont le but est de populariser l'accès libre, d'autres secteurs comme le secteur public bénéficieraient de cet accès. Et en particulier, du point de vue financier. Ainsi, l'étude révèle que chaque année le Royaume-Uni dépense près de 135 millions de livres sterling d'abonnements pour permettre à son secteur public d'accéder aux travaux de chercheurs universitaires ou non sur les sites ou les journaux spécialisés.

Des économies qui feraient du bien à l'économie

Or, l'accès libre aux travaux de ces chercheurs aurait permis en 2011 d'économiser près de 28,6 millions de livres. Ce chiffre est par ailleurs composé de 26 millions de livres relatifs aux frais d'accès, mais également à 2,6 millions de livres liés au gain de temps pour les salariés du secteur public. Des économies qui ne sont pas négligeables pour l’État surtout en tant de crise. Et qui pourraient même être plus importantes en cas de conversion à l'Open Access d'un nombre plus élevé d'articles. Ainsi, les auteurs du rapport estiment que si l'on ouvrait l'accès à 25% de publications en plus, le secteur public anglais pourrait économiser quelques 29 millions de livres supplémentaires.

Valable également pour les autres secteurs

Et de telles économies pourraient également être attribuées à d'autres secteurs, comme par exemple le bénévolat. Ainsi, dans un second rapport publié en même temps que celui sur le secteur public, les chercheurs se sont également penchés sur le cas des associations et autres organisations à but non-lucratif. Ils ont ainsi constaté les mêmes difficultés que pour le secteur public. Plus de 80% des dirigeants interrogés estimant que le coût de l'accès à de tels documents nécessaires dans le cadre de leur travail restent l'obstacle numéro à l'avancée de la recherche. Suivi de près, à 46% par le manque de temps. Enfin, le rapport rappelle l'importance de développé l'Open Access en ce qui concerne la promotion de la valeur des informations issues de la recherche et financées par le contribuable. Ainsi que pour le rapprochement entre les universitaires et les autres secteurs dans le but d'une application des découvertes de ceux-ci au sein des entreprises.

Haut de page

Vos commentaires

(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Aucune balise HTML autorisée
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

En soumettant ce formulaire, vous acceptez la politique de confidentialité de Mollom.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas