Les liens publicitaires n'attirent pas encore les mobinautes

Par 15 septembre 2009
Mots-clés : Future of Retail

Cliquer sur une bannière depuis l'écran de son téléphone n'est pas pratiqué par un grand nombre d'internautes. Pour qui le mobile est avant tout un moyen de communiquer ou de chercher de l'information ciblée.

La généralisation des smartphones suscite l'intérêt des marketeurs pour la publicité mobile. Un intérêt qui ne semble pas être encore partagé par les utilisateurs. Tout du moins en ce qui concerne les bannières publicitaires : selon Chitika, les mobinautes sont moitié moins nombreux à cliquer sur des liens et bandeaux que les internautes. Sur les 92 millions de clics répertoriés, à peine plus d'1 % étaient en provenance d'un navigateur web. Plusieurs facteurs sont à l'origine de ce phénomène. Le mobile est considéré avant tout comme un moyen de téléphoner et d'échanger des messages.
Les utilisateurs désintéressés
Ce n'est qu'après que les propriétaires d'un appareil mobile utilisent ce dernier pour naviguer sur le Web. Mais dans ce cas là, ils sont à la recherche d'une information précise : la nature même du mobile n'encourage pas à prendre le temps de regarder du contenu non recherché. Enfin, la vitesse de chargement de pages sur mobile reste encore inférieure à la connexion Internet fixe. Ce qui décourage l'attente de chargement du contenu publicitaire. Rien de dramatique pour les publicitaires : Chitika rappelle que l'émergence des systèmes 4G.
iPhone en tête
Chitika a testé cinq systèmes opérationnels : Google Android, iPhone, Windows CE, Palm OS et BlackBerry. Avec en tête des plus méfiants les utilisateurs d'iPhone. Seuls 0,30 % des possesseurs du mobile à la Pomme sont susceptibles de cliquersur les bandeaux de pubintégrés aux sites web, contre un peu moins d'1 % pour les utilisateurs de Palm OS. Les plus nombreux à cliquer sur la réclame sont les possesseurs de smartphones BlackBerry. 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas