Les liens sur les réseaux sociaux pas si faciles à décrypter

Par 01 décembre 2010
rouages

Sur les sites de partage, l'influence d'un internaute sur un autre et le concept d'homophilie ne sont pas si dissociables que cela. Rendant plus difficilement détectables les raisons qui poussent à interagir.

Le concept d’homophilie – les personnes partageant les mêmes opinions ont plus de chances de se rapprocher que les personnes aux opinions contraires – est souvent invoqué par les chercheurs pour décrire les dynamiques sur les réseaux sociaux. Selon deux chercheurs de l’université de Carnegie Mellon cependant, les phénomènes d’influence sur les plates-formes communautaires sont plus difficiles à déchiffrer qu’ils n’y paraissent. Dans une étude*, ils distinguent trois effets souvent confondus : l’homophilie, la "contagion sociale" – qui désigne en fait l’influence qu’exerce un membre du réseau sur un autre.

Des phénomènes indissociables

Et enfin "l’effet causal" des actions effectives d’un individu sur le comportement d’un autre. "En vérité, tous ces éléments sont confondus, et indissociables - à moins d’émettre des hypothèses sur le processus de socialisation", expliquent les chercheurs. En clair, il est difficile - pour ne pas dire impossible - de savoir si la raison pour laquelle un individu interagit avec un autre est liée à l’influence que ce dernier exerce sur lui, ou au fait qu’ils partagent les mêmes centres d’intérêt par exemple. Les effets de causalité étant particulièrement complexe à décrypter.

Une pluralité de causes

Deux membres d’un réseau, sans affinité intrinsèque, peuvent tout à fait partager certaines informations, ou être amenés à entrer en contact. Et la plupart du temps, les modélisations mathématiques ne permettent pas d’analyser avec suffisamment de pertinence ces phénomènes, comme cause principale d’une interaction. Pour mémoire, une autre étude des universités de Georgetown et du Michigan démontrait quant à elle que le phénomène d’homophilie pouvait nuire à la diffusion d’une information sur un réseau social.

* “Homophily and contagion are generically confounded in observational social network studies”

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas