En ligne, la biodiversité devient un centre de profit

Par 06 septembre 2010
Mots-clés : Smart city

Pour assurer le succès financier des banques de préservation des ressources naturelles, EcoTrade introduit un facteur spatial dans sa simulation.

Comprendre la dynamique de marché des crédits spatialement interdépendants, et étudier les acteurs qui échangent des ressources naturelles.  Voilà qui devrait faciliter le jeu sérieux EcoTrade. Gratuit et s’installant sur tout réseau local, celui-ci simule un marché de crédit virtuel portant exclusivement sur la biodiversité.  Ce système multijoueurs met l’accent sur les relations spatiales entre les participants. Car comme le rappellent ses créateurs, contrairement aux émissions de CO2, les crédits sur la biodiversité ne peuvent être inextricablement liés à leur localisation. La mise en place d’un espace de conservation de la biodiversité sera ainsi beaucoup plus efficace si, dans les parcelles voisines, existe un autre "havre".
Maximiser les profits
Dans le même temps, les scientifiques estiment que seule la maximisation des profits des différentes parties prenantes assurera le succès des différents systèmes de sauvegarde de la biodiversité : banques d’espèces, parcs naturels, etc.  EcoTrade a donc été créé pour  étudier les interactions entre ces paramètres. Chaque participant se voit attribuer des champs. Il peut ensuite décider de les exploiter pour la production agricole, ou pour de la conservation. La production rapporte de la monnaie, alors que la protection de la nature amène des "écopoints". Ces bons points sont d’autant plus nombreux que les autres joueurs ont affecté à l'identique leurs parcelles voisines.
Une prise de risque calculée
Pour les joueurs, le but est de maximiser les profits numéraires, mais sans pouvoir diminuer leur nombre initial d’écopoints.  S’ils sont en déficit, ils sont en droit d’en acheter sur le marché. En cas d’abondance, il est également possible de les vendre. Dans ce cas, le joueur peut non seulement bénéficier d’une somme via sa production agricole, mais aussi via ses "banques naturelles". Le jeu est disponible sur le site du centre Helmholtz pour la recherche environnementale (Helmholtz-Zentrum für Umweltforschung, UFZ)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas