En ligne, les entreprises ont encore du mal à se faire entendre

Par 17 novembre 2011
Mots-clés : Future of Retail, Europe
data overload

Du fait d'un flot d'informations mal canalisé tant de la part des compagnies que des consommateurs, les premières citées ne parviennent pas toujours à toucher efficacement ces derniers. Personnaliser la communication est la clé.

Si les marques ont bien compris l'intérêt que pouvait représenter le marketing online, elles échouent encore à proposer un contenu qui corresponde aux attentes des consommateurs. C'est la tendance mise en évidence par une étude menée en ligne par l'institut TNS, auprès de 72 000 réparties dans plus de 60 pays. Par exemple, celle-ci démontre que plus de 60% des utilisateurs américains de réseaux sociaux ne souhaitent pas entretenir une quelconque relation online avec les entreprises. Ces dernières continuent pourtant  à générer un grand nombre de pages Facebook et autres blogs, qui ne sont par voie de fait que rarement consultés.

Un Trop-plein de données qui noie l'information

En résulte ce que les analystes nomment un "brouhaha" de l'information. C’est-à-dire que, noyé dans la masse du contenu disponible, le consommateur ne parvient plus à trouver l'information qu'il recherche. Un phénomène accentué par l'implication croissante des consommateurs eux-mêmes dans cette production de contenu: presque la moitié (47%) d'entre eux commentent postent désormais en ligne leurs avis sur les marques. Marques qui éprouvent au final une difficulté croissante à se faire entendre, à communiquer sur ce qu'elles veulent mettre en valeur, et à établir une véritable relation avec le consommateur.

Une approche moins globale comme moyen de passer outre cette cacophonie

Pour autant, il reste absolument inenvisageable de passer à côté de ce marché en ligne: les américains passent ainsi plus de 19 heures par semaine à surfer sur leurs ordinateurs. Cheryl Max, senior Vice-Président marketing de TNS, résume ainsi: "les opportunités pour les entreprise sont nombreuses, mais il ne s'agit pas de juste produire du contenu pour se rendre visible", explique t-elle. Avant d'ajouter : "choisir le mauvais canal d'expression, ou ne faire que participer à la cacophonie en ligne entraînera à coup sûr l'aliénation du consommateur et une baisse conséquente des revenus". Charlie White, senior Vice-président "services clients" pour TNS, conclue en soulignant que les consommateurs sont tous en ligne pour différentes raisons, et ont des comportements extrêmement variés. "A charge pour les marketeurs de comprendre que pour les toucher efficacement, il faut communiquer l'information  à chacun d'entre eux de façon unique et personnalisée".

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas