L'imagerie 3D portative se joue en haute résolution

Par 07 septembre 2011
3D

GelSight autorise une représentation virtuelle extrêmement fidèle d'un produit donné. En plus de cela, la taille réduite de la technologie autorise un gain de place couplé à des économies conséquentes.

Des chercheurs du MIT ont mis au point un système d’imagerie portatif, qui peut atteindre des résolutions qui n’étaient jusque là possible qu’avec des équipements beaucoup plus lourds et coûteux. Selon les chercheurs, leur système, GelSight, permet de représenter sous forme numérique les moindres détails d'un produit, tout en contournant les difficultés inhérentes des techniques actuelles de microscopie. Le design du système est, selon les chercheurs, très simple, mais il a le mérite de relever l’un des défis actuels de l’imagerie 3D.  Les applications possibles sont très variées : GelSight pourrait trouver sa place dans les domaines de la biométrie, des produits manufacturés, de la médecine...

Une modélisation basée sur un relevé d'empreinte

Les chercheurs ont combiné une plaque de gomme transparente avec des algorithmes de vision informatique 3D.  Les deux faces de la plaque celle-ci sont différenciées: sur l'une d'elles, de microtiges de métal sont placées, tandis que l'autre côté abrite de minuscules appareils photos. Lorsque la plaque est appliquée sur le produit à modéliser, les tiges se plient sous l'effet de la pression, et les appareils photos enregistrent alors la position prise par celles-ci. En transférant les clichés obtenus dans le logiciel approprié, il devient dès lors possible d'obtenir une représentation fidèle de la surface de l'objet, de ses moindres aspérités. Le système est ainsi parvenu à retranscrire fidèlement les empreintes d'encre présente sur un billet de 20 dollars. 

Moins cher et plus efficace

Outre les gains de place et d'argent qu'il permet, la technique présente l'avantage d'être adaptable à la taille de l'objet, quand certains microscopes ne peuvent analyser des objets trop massifs. De même, là où les outils de mesure actuels se retrouvent biaisés par l'interaction lumineuse pouvant avoir lieu dans le cas d'objets transparents (cristaux...), le système développé passe outre la difficulté, puisque non basé sur une reconnaissance visuelle, mais sensitive. L’outil pourrait, par exemple, révéler de nouvelles informations plus précises sur les caractéristiques de la peau humaine, relate le communiqué.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas