L'importance des tablettes sous-estimée pour la vente en ligne ?

Par 13 mars 2012
Mots-clés : Smart city, Amériques
tablet e-shopping

De nombreux vendeurs ne disposent pas d'un site adapté aux iPads. La plupart des sites en ligne seraient encore conçus pour surfer mais pas pour acheter.

Moins d'un tiers des cybermarchands aurait adapté son site de vente aux tablettes, explique Hawk Partners dans une étude auprès des cybermarchands. Celle-ci visait à déterminer quel service de shopping et d'achat ils offrent pour les tablettes, les smartphones et Facebook. Ceux qui ont optimisé leur site pour la vente n'ont pas investi dans le développement d'un site propre aux iPads mais utilisent les sites existants. En outre, pour le tiers de cybermarchands qui disposent de plates-formes de vente adaptées aux tablettes, les consommateurs rencontrent souvent des défaillances techniques et des temps de chargement très longs. Par conséquent, selon le rapport, les consommateurs vivraient une expérience d'achat frustrante, du fait de la difficulté de navigation sur le site.

Loin du plein potentiel

Bien que 40% des cybermarchands disposent d'applications pour iPad, 25% ne disposent pas des fonctions de vente. Par conséquent, ils n'atteignent pas leur plein potentiel. L'expérience globale des marques n'est pas vraiment optimisée, en raison de la nouveauté de l'adoption des tablettes. Pour l'étude, du coup, alors que les cybermarchands commencent à s'intéresser à la période des vacances de 2012, ceux qui ont compris que les smartphones et tablettes ne sont pas seulement des outils de recherche mais aussi des outils d'achat disposeront d'un avantage compétitif sur les autres.

Une implémentation différente suivant l'appareil

Même si l'adoption de la tablette par les cybermarchands a été lente, 68% d'entre eux ont développé des applications de shopping pour smartphone. 59% proposent des sites spécifiques pour smartphone, capables de simplifier les fonctions pour un écran de taille réduite, en partie parce que les applications contiennent peu de contenu dynamique, ce qui facilite le processus d'achat. En outre, les cybermarchands recourent à Facebook pour le surf social et pour partager du contenu ; cependant, la plupart du temps, l'e-commerce n'est pas intégré à la plate-forme Facebook.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas