L'Inde expérimente le macro-microcrédit

Par 22 février 2008 1 commentaire
Mots-clés : Smart city, Asie du Sud

Près de 20 millions de dollars. C'est ce que pourra investir une nouvelle société d'investissement spécialisée dans l'aide aux PME indiennes.

Entre le microcrédit et les grands fonds d'investissement, point de salut pour les PME. C'est en tout cas le postulat de départ des trois fondations philanthropiques américaines. Celles-ci lancent une entreprise spécialisée dans le financement des petites et moyennes entreprises indiennes, baptisée The Investment Company. Le capital de départ de cette dernière est de 17 millions de dollars (plus de 11 millions d'euros). Le tissu de PME de ce pays est - d'après les instigateurs du projet – sous développé par rapport à celui des pays riches. Pour remédier à cela, la société d'investissement devrait débourser entre 0,5 et 3,5 millions de dollars - soit 0,3 et 2,3 millions d'euros - par projet.
Google + Soros + Omidyar
Ce, alors que les montants habituellement injectés étaient habituellement de l'ordre de 3 à 5 millions de dollars. "Nous répondons à une demande énorme, qui est de cibler des petites affaires en Inde dont l'accès aux financements est restreint", explique Neal DeLaurentis, vice-président de Soros Economic Development Fund. C'est en effet la fondation de l'investisseur américano-hongrois Georges Soros qui est un des piliers de The Investment Company. Les deux autres sont très bien connus des spécialistes de la high-tech et des internautes, puisqu'il s'agit de Google.org et du réseau Omidyar. Le premier est le bras armé mais philanthropique du spécialiste de la monétisation des recherches sur Internet.
Benetton soutient Microcredit Africa Works
Bras dont le credo est que "le pouvoir de l'information et de la technologie va aider les gens à améliorer leurs vies". Quant à l'Omidyar Network, il a été créé en 2004 par Pamela et Pierre Omidyar. Ce dernier n'étant pas moins que le fondateur d'eBay. Il faut rappeler que le prestataire de services de vente sur Internet est également présent sur le secteur du microcrédit, avec MicroPlace. Pour finir, rappelons que les sociétés high-tech ou financières ne sont pas les seules à s'intéresser au microcrédit. L'Italien Benetton a lancé il y a une semaine la campagne de communication Africa Works, destinée à soutenir Birima. Ce projet de crédit coopératif au Sénégal a été fondé par le chanteur Youssou N’Dour. 

L'Atelier BNP Paribas

Haut de page

1 Commentaire

Meaux le 28 mai 2008

Bonjour à tous,

Je suis ravie de constater que les choses bougent enfin pour aider les pays les plus pauvres à subvenir à leurs besoins en nourriture. Félicitations à tous les participants du macro et micro crédits !

Patrick Poivre d'Arvor a lancé un appel à tous les internautes pour qu'ils s'expriment au sujet du colloque qui aura lieu, prochaiment, pour trouver une solution à la faim dans le monde.

Je me suis permise de lancer justement l'idée d'étendre le micro crédit qui a fait ses preuves en Inde, à tous les pays pauvres du globe. Fasse que les choses se mettent en place rapidement, car un être humain a besoin de nutriments environ toutes les quatre heures et le temps file vite, très vite !!

Bien cordialement, Annie Goldbaum

Soumis par goldbaum (non vérifié) - le 28 mai 2008 à 12h58

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas